Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

Le billet de la rédaction n°129

Il était une fois la frontière
lundi 10 août 2009 par Jean-Louis CASERIO

Chaque fois que je passe la frontière, si proche de ce Cap où je séjourne, la première chose qui frappe, après avoir passé la ligne, passé du Bleu, Blanc, Rouge au Vert, Blanc, Rouge, c’est la bonne humeur. Ce qui m’a fait dire que les Italiens sont des Français de bonne humeur."
Jean Cocteau

Pendant très longtemps le vallon du Saint-Louis fut le seul point de passage frontalier entre Menton et le territoire de Vintimille. C’est Bonaparte qui fit construire en 1796 le célèbre pont Saint-Louis afin de faciliter les mouvements de l’Armée d’Italie.

Une borne portant la date de 1861, marque la limite entre la France et l’Italie avec le rattachement de Menton qui devient française après le plébiscite de Napoléon III. Au-delà du pont qui franchit le ravin, le docteur Bennet fait flotter le drapeau anglais sur les jardins du Castello Grimaldi en 1870.

Une « cabane des douaniers » tenait lieu de poste frontière sur l’ancien chemin de Gênes, là où fut édifié le pont Saint-Ludovic, à proximité de l’ancienne chapelle Saint-Louis.

Des siècles durant, contrebandiers et clandestins ont tenté le franchissement de la frontière par des passages plus ou moins périlleux, comme le redoutable Pas-de-la-mort qui fit de nombreuses victimes.
Les douaniers ont quitté Garavan avec l’instauration du Marché unique européen en 1993, après avoir fait une brève apparition du côté de Cap
d’Ail et de Roquebrune en 1962 !

Une page d’histoire vient à nouveau d’être tournée avec la démolition du poste des douanes italiennes au pont Saint-Ludovic.


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 420 / 127077

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Notre revue : « Ou Païs Mentounasc »  Suivre la vie du site N°129 Mars 2009 : Frontières, douanes et contrebande   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 10