Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

Le mot du Président n°111

samedi 30 avril 2005 par bergio

Rolland Ghersi

Notre dernier numéro, largement consacré au charmant hameau de Monti, a été très bien accueilli. Nous terminons de faire le tour de ce quartier, pour lequel une tour au moins devrait susciter des recherches : ce Castellet, qui pourrait se révéler beaucoup plus ancien que nous ne le pensions. N’hésitez pas non plus à lancer des recherches sur ce « couvent » ou sur « la Tête du Commandant ».

Nous sommes à la disposition de tous les amoureux de leur « toute petite patrie » qui, telles mesdames Abraham et Saïssi, et l’association Vivre à Monti souhaiteraient la présenter à nos lecteurs.

Michelet l’avait écrit : « La jouvence de l’avenir se trouve dans deux choses : une science de l’émigration et un art de l’acclimatation ». Notre pays mentonnais illustre bien le propos de l’illustre historien : aussi loin que les documents disponibles nous permettent de remonter dans le temps, nous voyons arriver des « gens d’ailleurs ». Dès le XVème siècle par exemple et vous le trouverez si vos prenez le temps de consulter le dernier ouvrage que nous avons publié, « Le pays mentonnais à travers les actes notariés à la fin du Moyen Age », nous rencontrons, dans une population de mille habitants, outre des Mentonnais, des Italiens de toute la péninsule, des Provençaux , un Savoyard, des Espagnols, des Portugais, des Grecs, des Juifs venus sans doute d’Espagne et même - au XVème siècle ! - des esclaves enlevés sur les rives de la Mer Noire.

Autrement dit, Menton a toujours été habité par des « gens d’ici », dont beaucoup sont venus d’ailleurs.

Dans notre bulletin d’automne, nous évoquons quelques-uns de ces Mentonnais, dans diverses chroniques ; ils étaient assureur, tailleur, glacier, curé, sage-femme, notaire, lycéen. Les détails de leur vie nous intéressent autant que les beaux textes écrits sur le Pays mentonnais, relatés par Louis Amoretti dans son Partage de mémoire. Ils nous touchent beaucoup, parce qu’ils étaient nos parents, nos amis ou nos voisins. Ils n’ont laissé quelquefois que des souvenirs, quelquefois un peu plus, mais tous ont contribué à donner une âme à notre pays, notamment Paul Vallaghé, qui, à peine sorti de l’enfance, a connu, comme son ami Guy Lorenzi, une fin héroïque en donnant sa vie pour son pays..

D’autres nombreuses publications sont en préparation ; nous ne manquerons pas de vous en faire part, le moment venu.

Et si vous n’appréciez pas trop les pluies d’automne qui ne manqueront pas d’arriver, buvez donc un gouat de ven nòu, et mettez vous à chanter les belles chansons de nos amis Lucien Sicardi et Michel Granero


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 843 / 141617

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La revue « Ou Païs Mentounasc » de la SAHM  Suivre la vie du site N°111 Septembre 2004   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 21