Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
En français et en mentounasc....

Quand un conteur anonyme racontait en 1873

dimanche 1er janvier 2017 par Jean-Louis CASERIO

Quand un conteur anonyme racontait en 1873

- …le Jour de l’An à Menton -
« Par la rue Longue, par le chemin de Saint-Michel, et sur la digue vous voyez des gens qui se serrent la main, s’embrassent comme s’ils étaient frères et soeurs ; le père, en se levant, embrasse ses enfants, peut-être avant sa femme. En sortant de la maison il trouve le beau-frère et la belle-soeur.
"- d’où venez-vous, vous autres ?

  • de chez le beau-père et la belle-mère.
  • que disent-ils de beau ?
  • Tu ne sais pas, toutes ces choses qui se disent ce jour là.
  • Dieu fasse que nous pourrons l’année prochaine s’embrasser et se toucher la main et que nous pourrons encore d’ici cent ans se serrer encore la main.
  • Allons un peu en voir d’autres. Portez-vous bien. Bonjour Monsieur.
  • Oh Oncle ! Oh Oncle ! crie un enfant, je vous souhaite la bonne année. Achète-moi un beignet.
  • Viens, neveu, allons chez Roussetti je vais t’en acheter un pour toi et un pour Joséphine. Ecoutes bien, lorsque tu seras à la maison, tu diras à ta mère et à ton père que ce beignet c’est ton oncle Antoine qui te l’a acheté et que l’autre est pour ta soeur. Ecoutes, en passant par les rampes de Saint Michel, si tu vois le curé et le père Michel, tu leur souhaite la bonne année. Vas qu’ils te donnent un sou. Ecoutes bien, après tu vas chez M. le maire, tu sais bien, Monsieur Medecin ? Quand tu es chez lui, tu lui dis : Bonjour M. le maire, comment allez-vous ?
  • Mon oncle Antoine m’a dit de venir vous souhaiter la bonne année ; mon père et ma mère m’ont dit de vous dire beaucoup de choses mais je ne m’en souviens plus, Monsieur le maire.
  • Tiens petit ici tu as une pièce de 5 Francs.
  • Vive M. le maire, vive M. le maire ! je vous la souhaite ! » ***************************************************************************************** - D’un temp, ou Jorn de r’Ann à Mentan -

« Pèr a Carriera-Longa, pèr ou camen de San-Miqué, e susa da diga veé de gente que se tocan à man, se baijhan couma se foussan fraire e souarre ; ou paire, en se levent, baijha u s’enfante, forshi avanch a soua frema.
En sourtent de casa trova ou cugnà e a bella souarre :
"- Douna vené vautre ?

  • Dau Messia e da Madona.
  • ço que disan de belou ?
  • Noun sale tout’ aquele cause que se disan aquestou jorn.
  • Diou fague que pourema ’st’ anne que ven se baijhà e touca-se a man e que pourema encara d’aquì cent anne touca-se encara a man.
  • Anema un poc à vé n’en d’autre ; pourté vou ben.
  • Bounjorn, signouria !
  • Oh barba ! oh barba ! crìa un enfant, vou souhetou a bouan’ annàia, acate-me una tourtiàia.
  • Vene, neb, anema da Roussetti, ten vagou acatà una pèr tu e una pèr Pipina. Stai à sentì, coura seral à casa, diral à ta maire e à toun paire qu’aquela tourtiàia ese toun barba Antò que te r’a catàia pèrtu e que l’autra ese pèrta souarre. Scouta, en passent de rampe, se vee ou Prevost e shou Pré Miqué, i souhete a bouan’ annàia, val que te dounan un sòu. Stai à sentì, après val da Mounsù ou mera, sal ben, Mounsù Medecin ? Coura est da elou i dise : Mounsù ou mera, bounjorn, signouria, couma que stà, signouria ?
  • Moun barb’ Antò m’a dich que venguessa à souheta-vou a bouan’ annàia ; moun paire e ma maire m’an dich que mi vou diguessa pran de cause, ma mi nou me n’avisou pu, signouria, Mounsù ou mera, signouria.
  • Ten pichan aquì al ’na peça de cinq franc.
  • Viva mounsù ou mera ! viva mounsù ou mera ! vou ra souhetou ! »

Jean-Louis Caserio
Félibre Majoral


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 22 / 133983

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 358 - Le « Coin du Mentounasc » du 31 Décembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4