Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
En Français et en Mentonnais

Le joli mois de mai

samedi 6 mai 2017 par Jean-Louis CASERIO
  • - Le joli mois de mai -

Le mois de Mai est le mois du renouveau de la nature, consacré par l’usage de l’Arbre de Mai. C’est l’occasion pour les Mentonnais de se retrouver sous les oliviers du Pian pour « tourner le mai ».
Autrefois, dans tous les quartiers de la ville, sur les placettes, dans les ruelles, on plantait le mai et chacun avait à coeur de le faire le plus beau de tous. Autour d’un mât fleuri, sous un beau motif garni de guirlandes et de lanternes, de fleurs et de rubans, on élisait la reine du mai et l’on dansait tous les soirs au son d’un accordéon et autres instruments.
Une chanson officielle était consacrée au « Mai » et les poètes et chansonniers mentonnais : Louis Moreno, Eugène Granero, Marcel Firpo, Etienne Clérissi, Vincent Botta, Jacqueline Verdini, Maurice Naret, Auguste Maccari… nous ont donné leurs belles productions.
On a beau dire ailleurs, « En Mai, fais ce qui te plait », à Menton l’antique sagesse nous recommande de nous méfier des giboulées de mai, ces ondées intempestives entrecoupées de quelques rayons de soleil. Si le mois de Mai consacre le renouveau de la nature, l’inquiétude gagne le paysan qui craint ses brusques sautes d’humeur pour sa campagne et ses cultures. C’est pour cela qu’il demande protection à Saint Isidore, son Saint Patron.
***************************************************************************************************

  • - Ou belou Majou -

Pèr ou mes de majou a natura repilha fouarça. Ese r’oucasian de retrovà-se souta u aurevìe dou Pian e virà ou majou. D’un temp, a jouventura virava r’Erbou de Majou. Ente tout u cante da vila, s’e piacéte, ent’u carrouge se piantava ou Majou e cada-en vourìa avé ou pu belou de toute. A r’entorn d’una biga fiourìa, souta un belou moutivou engarnì de grilande e de lanterne, de fiouréte e de ribounéte, eliegìan a regina dou Majou. Païsà e pescahoù, mestierante e empiegà balavan u brandi tout’ e sere acoumpagnà da jorgina du musicante e autre strumente. Una cansan scricha pèr un poueta o cansounìe era eliegìa cansan ouficiala dou Majou. Louis Moreno, Eugène Granero, Marcel Firpo, Etienne Clérissi, Vincent Botta, Jacqueline Verdini, Maurice Naret, Auguste Maccari… an dounach de béle prouducioù.
I n’ha d’aquelu que disan « Pèr Majou, pouhe fà ço que t’apieijhe ». Mà à Mentan car marfia-se de frasque de Majou, aquele ramàie vioulente que vou scouran fint’u ouasse. S’ou mes de Majou es a festa de fioù, ou paìsan vive ent’a crenta pèr a soua campagna, e soue culture. Ese pèr acò que demanda a proutecian de Sant Isidorou, ou Sant Patran du campagnoli.

Jean-Louis CASERIO


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 44 / 137279

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 375 - Le « Coin du Mentounasc » du 6 mai 2017   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0