Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Un texte en français et une revirada en mentounasc

La commune de Sainte-Agnès fête sa sainte patronne

samedi 21 janvier 2017

LA LÉGENDE DE SAINTE-AGNÈS

La légende nous rapporte qu’une princesse italienne nommée Agnès, traversant avec sa suite, à une époque très reculée, notre territoire pour se rendre dans les montagnes de Tende, y fut surprise par un violent orage qui la mit en péril. Egarée au milieu des rochers sans espoir de secours humain, pieuse autant que sage, elle implora la sainte dont elle portait le nom. Aussitôt, elle découvrit une grotte creusée dans la montagne où elle parvint à s’abriter et put attendre sans péril la fin de la tourmente. A la suite de cet évènement heureux, la pieuse dame, en témoignage de sa reconnaissance, fit élever à sa protectrice, un sanctuaire sur cette hauteur. La célébrité du lieu vénéré attira les habitants des environs qui vinrent en pèlerinage. Un hameau appelé Sainte-Agnès se construisit ; il ne tarda pas à devenir un village. Nous retrouvons au XIXème siècle, sur l’actuelle place du fort, une chapelle dédiée à Sainte-Agnès. S’agit-il du premier sanctuaire offert par la princesse italienne ? On serait tenté de le croire en se référant à la délibération du Conseil Municipal du 13 août 1933 : « Chapelle de Saint-Agnès, monument historique du Xème siècle, surmontée d’une armoirie de la Princesse de Ligurie nommée Agnès, première construction qui donna au village le nom de Sainte-Agnès ». Sur quels faits historiques reposent ces données ? Rien d’officiel en référence pour le prouver. Malgré tout, cette légende est captivante, séduisante mais reste la crédibilité.
Texte de Charles Imbert

A LEGENDA DE SANT’AGNE

A legenda cuenta qu’una vota, pran de temp fà, una prenchipessa taliana, sounàia Agnésa, a traversà ou nouaishe païs per anà ente mountagne de Tenda. Una vioulenta chavada ese soubrevengùa, e a metù en perìcoulou a prenchipessa e ou sen moundou. Perdùa tra re roque sensa sperà un soucours de quarqu’un, dame pran de fervoù pregava a santa de que pourtava ou noum. Sùbitou, s’ese descurbìa una grota ent’ a mountagna douna s’era metùa à sousta e aishì a asperà a fen da tourmenta sensa perìcoulou. Apress aquelou aveniment urous, a devota signoura a fach issà un santuari per a soua santa ent’ aquelou lueg, per remercìa-ra da soua proutecian. A chelebrità dou cant venerà atirava u abitante da r’entorn que venìan en pelegrinage. Un masage nouma Sant’Agne s’ese coustruche ; ese devenù rapidament un vilage. Retrovema au des-e-nouvieme sécoulou una capela dedicàia a Sant’Agne s’a piaça atuale dou fouart. Se pouhe cré qu’ese ou primou santuari regalà ent’a prenchipessa taliana. Se liegema a deliberacian dou counselh munichipale dou treze aoust mile nòu cent trenta tre, vehema : « Capela de Sant’Agne, mounument stòricou dou diejieme sécoulou, surmountàia da bandiéra da Prenchipessa Agnésa de Ligùria, prima coustrucian que dounava ou sen noum au vilage de Sant’Agne ». N’i ese ren couma referençe ouficiale per provà qu’ese verou. Margrà tout, aquesta legenda è cativanta e tamben seduchenta, ma ese credìbile ?
Revirada Mauri Osicki-Ampolini


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 2 / 133983

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 361 - Le « Coin du Mentounasc » du 21 janvier (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4