Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Textes en français et en mentounasc

Funiculaire et chemin de fer aérien

samedi 13 mai 2017 par Jean-Louis CASERIO

FUNICULAIRE ET CHEMIN DE FER AÉRIEN

Dans les dernières années du XIXe siècle et au début du XXe, le Pays mentonnais fit l’objet de plusieurs projets d’aménagement importants. Ainsi en 1895, une anglaise Miss Clara Louisa Wells conçut le projet fort ambitieux d’édifier un chemin de fer suspendu entre Menton et les villages environnants, il s’agissait de relier Menton et Roquebrune dans un premier temps, puis rejoindre Gorbio et de là, former deux lignes : « l’une allant à Saint-Lazare, Peille et l’Escarène ; l’autre à Sainte-Agnès, Saint-Sébastien et Castillon, puis Sospel, d’où la voie pouvait continuer, évitant les lacets et les zigzags de la route de Turin, jusqu’à la frontière italienne ». Les pylônes s’inspiraient du dessin de la Tour Eiffel… Le projet bien trop ambitieux n’eut pas de suite.
En outre, cette construction d’une voie aérienne aurait nécessité d’aménager toute la Côte : Miss Wells se proposait alors de construire une jetée de son invention et d’unir le Cap Martin avec Menton et Cabbé-Roquebrune, avec des stations intermédiaires qui formeraient des portes ornées, entre lesquelles des navires pourraient passer et s’abriter ensuite auprès des jetées, ces dernières serviraient aussi d’appui aux voies aériennes. Le projet fut abandonné !
En 1920, un projet semblable prévoyait l’installation d’un chemin de fer aérien de Nice à Monte-Carlo et à Peira-Cava. Le projet consistait à faire circuler des avions sur des câbles supportés de distance en distance par des pylônes. Les avions pourraient transporter 20 personnes et atteindre une vitesse de 200 km à l’heure. Le projet ne fut pas mis à exécution. D’autres tentatives similaires eurent lieu, notamment celle de Jean Estienne, agent général pour les A-M. de la Société des transporteurs modernes sur câbles, qui voulait faire circuler sur câbles aériens des avions automoteurs ! Encore une histoire extraordinaire !
En 1905, un inspecteur des postes dénommé Marcot obtint la concession d’exploiter un tramway-funiculaire « Les Cabrolles-Sainte-Agnès », après avoir réussi la construction de l’hôtel du Righi. Le projet n’a jamais été réalisé. La société Menton-Righi-Sainte-Agnès relança, en vain, le projet de funiculaire en 1926. Celle-ci s’était aussi engagée à construire un hôtel sur les ruines du château. Mais la construction reçut le véto des autorités militaires. Le château faisant partie de la zone fortifiée des Alpes.

Proujete marìtime e aerenque :

FUNICULARI E CAMEN DE FÈRRE AERENC

Ent’ou sécoulou des-e-nòu finishent e a ra debuta dou vintième, ou païs-noaish a counoushù tantu proujete d’amenajament e d’embelishament. Aishì en 1895, un’ englesa Miss Wells vourìa edificà un camen de fèrre aerenc tra Mentan e u vilage à r’envirou : religà Mentan e Rocabruna pèr prima, puhi jougne Gouarbe e fourmà doue regue : San Lazarou, Pelha e Scarena d’un coustà e Sant-Agne, San Bastian e Castilhan de r’autre, e pèr countinuà apress Souspé sus’ou camen de Turin vers a frountiera taliana en laishent tout e viravote. U pountelu pilhavan moudelou da Eiffel. Ma tout acò noun s’ese fach, ben segù !
Mà pèr fa aquela fachenda aurìa caishù amenajà tout’ a couasta e, pèr acò, Miss Wells vourìa bastì una jetada e jougne ou Cab-Marten e Mentan pèr a marina dame Cabbé-Rocabruna e fa de stacioù en fourma de pouarte, ournàie de belle arquiteture, e pèr fa passà souta, u batélu que pourìan aishì assousta-se couantre e digue, que sierverìan tamben de pountelu ent’u camì aerenque. Ma aquelou proujet straourdinarou nou’ s’ese fach. En 1920, un autre vourìa fa r’enstalacian d’un camen de fèrre aerenc tra Niça, Mounte-Carlou e Peira-Cava. Aquelou proujet counsistava a fa circulà d’avioù soubre de cabe soustengù dame de pountelu. Aquest’ aeroplane pourìan pourtà 20 persoune e vorà à dujhent kiloumetre à r’oura ! Stou proujet noun a regneshù. D’autre prove san stache studiàie, couma aquela de Jouan Estienne, empiegà da Soucietà de carrejament mouderna pèr cabe, que vourìa piaça tantu cabe e fa-ri carrejà soubre, d’avioù automotour susa u predi ! Encara una stòria straourdinària !
Puhi, un enspetoù da Posta, Mounsù Marcot a augù en 1905 a councessian de fa caminà un tram-funiculari « Cabrouare-Sant-Agne », apress avé bastì ou « Righi ». Ma ou proujet nou’ s’ese fach. A soucietà Mentan-Righi-Sant-Agne a repilhà ou proujet sensa suchess en 1926. Aquela soucietà vourìa encara bastì un oustà susa e rouine dou Casté. Mà acò n’a poushù se realisà, perqué aquì sema ent’a zona fourtificàia de Arpe e r’autorità militària a refusà a demanda.
Jean-Louis CASERIO
Félibre Majoral


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 50 / 133983

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 376 - Le « Coin du Mentounasc »du 13 mai 2017   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1