Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Hommage au quartier Gardanne à Roquebrune-Cap martin

La caserne Gardanne de Roquebrune

vendredi 15 septembre 2017 par Jean claude VOLPI

LA CASERNE GARDANNE DE ROQUEBRUNE

De par sa superficie 50 000 m², du nombre d’unités qui s’y sont succédées et donc du grand nombre des soldats qui y ont transité, le quartier Gardanne de Carnolès avenue François de Monléon est une véritable archive militaire.
Pour rappel, lors du plébiscite de la réunion de Menton et de Roquebrune à la France (16 avril 1860), dans l’escarcelle de Napoléon III, il y avait quelques solides promesses : un port, l’arrivée du chemin de fer et la présence de l’armée. Pour l’armée, ce ne sera que des passages d’unités militaires en cantonnement jusqu’au terrible tremblement de terre du 27 février 1887. Finalement, en 1888, arrivée du 27e Bataillon Alpin de Chasseurs à Pied de retour de Tunisie. Reste à résoudre la problématique d’une véritable caserne. Comme pour l’usine à gaz de Menton, c’est Carnolès qui va hériter de cette caserne.
Le 27e BACP, véritable bataillon d’élite
Le 5 août 1914, il quitte Roquebrune à pied en direction de Nice pour y prendre le train. Le 27e sera à Dieuze en Moselle dès le 10 août 1914, le 14 août, il sera le fer de lance de la Bataille des Frontières qui demeure la première grande offensive française. 1916, alors que le 27e devient ’’bataillon de chasseurs alpins’’, la caserne Gardanne sert de camp d’hivernage pour les troupes venues d’Afrique du Nord (Maroc) puis à un élément de la Force Noire avec les tirailleurs sénégalais (hiver 1916/1917) ou les tirailleurs malgaches (hiver 1917/1918).
Après la Première Guerre Mondiale
1924, le 25e bataillon de chasseurs alpins remplace à Carnolès le 27e BCA. En Juin 1939, il part pour la Lorraine. Le 31 mai 1940, il se trouve en Picardie où il est anéanti début juin sur l’Ingon, affluent de la Somme.
Le 76e bataillon alpin de forteresse (76e BAF) est incorporé à l’Armée des Alpes. Il faisait partie du dispositif défensif à opposer à l’Italie de Mussolini, dans les forts de la ligne Maginot entre Castillon et la pointe du cap Martin. Fin août 1939, le 76e BAF est divisé en 3 bataillons, le 86e et le 96e BAF qui reste au quartier Gardanne. Il est chargé de la défense du verrou de Roquebrune jusqu’à Monaco, Menton étant indéfendable.
Reformé le 1er avril 1951, le 22e BCA retrouve Nice. Son groupement d’instruction s’installe au quartier Gardanne. En 1955, le 22e BCA part pour le Maroc.
1962 - La base aérienne n°943 était une unité de l’aviation française implantée à la caserne Gardanne et au Mont-Agel (Peille) pour gérer les radars de la défense aérienne.
La BA 943 avait pris l’appellation ’’Capitaine Auber’’ le 25 septembre 1990. Ce nom rappelle que le 1er septembre 1944, un chasseur P-47 s’était écrasé près de Tende (au lieu-dit Spegi, vallée de la Roya), lors d’une attaque du PC allemand de la 34e division d’infanterie. A son bord, le capitaine Jean-Marie Auber, il y perdra la vie.
La dernière prise d’armes a eu lieu le 24 juin 2010 à Carnolès sous l’égide du dernier commandant de la Base Capitaine Auber, le colonel Jean-Paul Mochin. La cérémonie officielle de dissolution de la BA 943 et la restitution des couleurs à la 23e escadre de bombardement s’est déroulée sur cette même place d’armes intérieure de la caserne Gardanne, le 16 juillet 2012.
Jean-Claude VOLPI
Pour les chasseurs alpins, on parle de ’’quartier’’ et non de ’’caserne’’


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 64 / 143108

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 389 - Le « Coin du Mentounasc » du 9 septembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0