Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

Ou perìcoulou rouss

Paru dans le « Coin du Mentounasc » du 30 septembre 2017
samedi 30 septembre 2017 par Auguste MACCARI

Un texte en mentounasc et sa version en français

OU PERÌCOULOU ROUSS

A Guinéa Papouasìa, ou sabé douna se trova sus’a noastra planéta ? Va ben ! Ben luegn. Aloura figuré-vou qué stou païs es ou bress d’una bestieta qué ha couma ùnicou past rou couhe de parmourìe. Aurà fach dispareishe tout’u couhe da soua countrada, e mouart da fam, aurà voushù emigrà pèr soubrevive ?
O aloura aurà voushù imità stu esodi de poupulacioù umane qué se metan en mouviment de pèr ou moundou ? Ané sabé !
Ou fatou ese qué s’ese recampà da nautre dam’a soua couroù roussa de devastacian, e aquì se berleca dam’ou couhe du phoenix canariensis, e seméia qué siegue unicament ashì … pèr ou moument ! U noastre phoenix seculari, qué rapresentan ashì ben u paesaje de vacance esotique d’aquì, piouran ahura de làgrime de parme, prima de rende r’àrima miseràbilment. Pran du noastre luegue familiari han cambià d’aspet, n’i san pu e verde parme qué balan sout’a brisa marina, ma de candere de trounque triste e scù qué car met’en terra.
Ou devourent arimaret rousséa de tristessa ru noastre uelhe, e nou iempe de ràbia davant r’aparenta dificultà pèr ou coumbate. Una vota counsumàia a totalità du noastre phoenix, elu noun renaishan da cenre, cambierà ou sen menù de soustentacian ? per rouvinà tamben e autre varietà du noastre parmourìe ? Ese metù rou rouss brava gent ! A sapiença umana deve surpassà sta marrìa bestieta, qué n’a ren da fa aquì, rou veren pèr vinche deve esse trovà, sarà trovà ! R’augurema, prima da toutale devastacian.

Auguste MACCARI
Félibre mentounasc

LE PÉRIL ROUGE

La Guinée Papouasie, savez-vous où cela se situe sur notre planète ? Bon, allez ! bien loin. Et bien figurez-vous que ce pays est le berceau d’une bébête dont le menu unique est le cœur de palmier. A-t-il fait disparaître tous les cœurs de sa contrée, et criant famine, a-t-il décidé d’émigrer pour survivre ? Ou bien a-t-il eu envie d’imiter ces exodes de populations humaines qui se mettent en mouvement à travers le monde ? Allez savoir !
Le fait est qu’il s’est ramené chez nous avec sa couleur rouge de charançon dévastateur, et ici c’est le cœur des phoenix canariensis qu’il apprécie goulûment et uniquement… du moins il semble ! Nos phoenix séculaires, si représentatifs de nos paysages de vacances exotiques, pleurent aujourd’hui des larmes de palmes, avant de rendre l’âme misérablement. Bien de nos lieux familiers ont changé de look, plus de vertes palmes dansant dans la brise marine, mais des bougies de troncs tristes et sombres qu’il faut abattre.
La vorace bestiole rougit nos yeux de tristesse, et nous emplit de colère devant notre impuissance apparente à le combattre. Après avoir consommé la totalité de nos phoenix, qui eux ne renaissent pas de leurs cendres, changera-t-il son menu de sustentation ? Et dévastera-t-il les autres variétés de nos palmiers ?
Le rouge est mis braves gens ! Le savoir-faire humain doit être supérieur à cette bestiole nocive, qui n’a pas sa place chez nous, l’antidote doit être trouvé, sera trouvé ! Acceptons-en l’augure, avant la dévastation totale.

Auguste MACCARI


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 6 / 141673

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 392 - Le « Coin du Mentounasc » du 30 septembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0