Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

Le laurier rose : un bel arbuste d’ornement mais avec une mauvaise réputation...

lundi 20 novembre 2017 par Jean-Louis CASERIO

LES LAURIERS DE LA RUE DE LA RÉPUBLIQUE

Par sa floraison abondante et colorée, le laurier rose est l’un de nos meilleurs arbustes d’ornement. On le rencontre parfois à l’état sauvage, mais plus probablement naturalisé dans le Var et les Alpes-Maritimes. Car le laurier rose aurait été introduit chez nous en 1539 par Pierre Belon qui rapporta des graines d’Italie. Il est à la Côte d’Azur ce que sont les rhododendrons aux jardins bretons, normands ou anglais, note Pierre Augé.
Ce nerium oleander est cultivé en massifs dans les jardins, en haies ou en alignement sur tiges dans nos rues comme dans la rue de la République ou l’avenue des Acacias. Il bordait aussi certains de nos vallons avant leur couverture.
Plantés au cours des premières années du XXe siècle, c’est l’étroitesse des trottoirs qui a sans doute commandé le choix de ces arbres de petites futaies. Selon JC Volpi, ils auraient été plantés dans la rue de la République sous la municipalité Fontana 1909-1912.
Le laurier rose a mauvaise réputation : cette renommée n’est pas surfaite, elle incite à la prudence et évite ainsi les dangers de cet arbuste populaire de nos rues et jardins. Toutes les parties de la plante sont toxiques par la présence d’un poison violent pour l’homme et les herbivores qui par instinct n’en consomment pas le feuillage. Par contre, l’homme, par ignorance, risque l’intoxication. On connaît bien l’histoire dramatique de douze soldats français, durant la guerre d’Espagne, en 1808, qui, pour faire griller leur ration de viande, l’embrochèrent sur des rameaux écorcés de laurier rose : huit moururent, les quatre autres furent grièvement intoxiqués !
On utilisait autrefois les feuilles de laurier rose macérées dans l’huile comme raticide et insecticide, ainsi que contre la galle. Bien connaître la toxicité du laurier rose c’est en éviter les dangers.
Jean-Louis Caserio - Félibre Majoral

U LEANDRI DA CARRIERA DA REPÙBLICA
Dam’ a soua fiouridura aboudenta e coulouriàia, ou leandre es un du noaishe pu belu paramente. Se vehe carque vote servage ma pu proubablament aclimatà ent’ ou Var e re Arpe Marìtime. En 1539, Pié Belon auria ficà ou leandre da nautre dame quarque semence pourtàie d’Itàlia. Pié Augé di que ou leandre es pèr ra Riba d’Azur ço que san u rhododendrons pèr u jardì de Bretagna, de Nourmandìa o inglese.
Aquestou nerium oleander (leandre, laurìe-rosa, beladona pèr u Mentounasque) ese cultivà en baragna ent’ u jardì, en firagna susa cambe ent’ u noaishe camì couma ent’ ou Camen da Repùblica o ente r’Avengùa du Cassìe. Bourdava tamben carqù du noaishe valou avanch ra soua cubertura.
Piantà ent’ u primi anne dou XXeme sécoulou, ese forshi u marchapé pran strenche qu’han empousà aquelu erbu de pichan boasc. Segound JC Volpi, serìan stach piantà ent’ a carriera da Repùblica dou temp da munichipalità Fontana 1909-1912.
Ou leandre ha marrìa reputacian : ra soua renoumàia noun ese nan esageràia, ela nou enchita à esse prudente e, coum’ acò, à scartà u perìcouli d’aquestou erbouret poupulari d’u noaishe camì e jardì. Toute re partìe d’a pianta san verenouse perqué presenta un tòshigou vioulent pèr r’ome e re bèstie manja-erbe ; ma ou sen enstintou empacha re bèstie de counsumà-n‘en ou sen fuelham. Pèr couèntra, r’ome, que noun rou sà, risca r’entoussicacian. Cada-un counoushe ben ra stòria dramàtica du douze sourdati francese, durent a guerra de Spagna, en 1808 : elu han voushù roustì ra soua part de carn, r’han embrouchàia dame de branquete desguerchàie de leandre e vech san moarte, e u autre quatre san stache gravament intushigà !
D’un temp, usavan re fuelhe de leandre, bagnàie pran de temp ente r’ueri, pèr massà u rate e re bestiete e tamben coantra ra rougna. Coura un sa ben couma ou leandre ese verenous, elou pouhe evità-n’en u perìcouli.
Revirada Solange Mongondry Barbéris Felibressa mentounasca


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 12 / 143108

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 399 - Le « Coin du Mentounasc » du 18 novembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0