Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

Fête de la Chandeleur…

lundi 5 février 2018 par Jean-Louis CASERIO

Il y a bien longtemps, Catarina, parcourait les rues du Vieux-Menton, la tourtière sur la tête, pour vendre ses crêpes de socca, tout juste sorties du four...

FÊTE DE LA CHANDELEUR…

La Chandeleur marque la fin de la période calendale, celle de Noël. Le 2 février on fête la Purification de la Vierge. Ce jour-là, les fidèles en procession portaient une chandelle allumée, d’où le nom de Chandeleur. Autrefois, on attachait une grande importance à la cérémonie et chaque famille se rendait à l’office matinal avec une chandelle pour la faire bénir. A Menton, les cierges étaient bénis par centaines à la grand-messe et chacun de rapporter le sien pour le suspendre à la tête de son lit à côté d’un petit rameau de palme tressé.
En Provence la fabrication des crêpes était devenue, dès le XVe siècle, un véritable rite qui devait exercer une influence sur les futures moissons de céréales et sur la maturité des vignobles. En pays nissart, on taillait la vigne à la Chandeleur pour la mettre, pensait-on, à l’abri des rongeurs : A la Chandeleur, vigneron, prends la serpe.
On affirmait que pour bien vivre toute l’année, il fallait, pour ce 2 février, être à la moitié de ses réserves de pain, de farine et de foin : A la Chandeleur, nous sommes à la moitié du fenil. Et l’hiver est encore là : février est court, mais c’est le pire de tous !
Les jours augmentent cependant, et à la Chandeleur le soleil va maintenant dans les torrents et les vallées. Aujourd’hui, la coutume des crêpes est encore pratiquée. Elle a permis à cette fête de la Chandeleur de sauvegarder un peu de son importance de jadis. Une pièce de monnaie dans une main tandis qu’on faisait sauter la crêpe de l’autre, pour avoir de l’argent tout au long de l’année.
Il y a bien longtemps, Catarina, parcourait les rues du vieux-Menton, la tourtière sur la tête, pour vendre ses crêpes de socca, tout juste sorties du four, et servir ses clients qu’elle attirait en criant : « socca, socca cauda ». D’une main experte, avec une dextérité que l’âge avait développée, elle découpait une ou deux parts et distribuait le « chicou » aux enfants…
Jean-Louis Caserio

FÈSTA CANDERIÉRA
A Canderiéra marca a fen dou temp de Natale. Ou dou de febrarou, festejavan a Purificacian da Vèrgine. Aquestou jorn, se fasìa de proufessìe dam’una candera acendùa en man, ese pèr acò qu’i avìan dounà ou noum de Canderiéra : D’un temp, cada familha anava a messa dam’una candera pèr que siegue benesìa. A Mentan, e candere eran benesìe pèr a messa-grana e cadaen de pourta-se n’en una en casa soua pèr ataca-se-ra sus’ a testa dou liech à coustà d’una branqueta de parmourìe.
En Prouvença, despuhi ou XVe sécoulou, a tradician de fà de crespe fasìa devinà una bella mishan de gran e una bouana vendegna à venì. En païs nissart, carian pouhà a vigna pèr a Canderiéra, couma di aquelou prouverbou : « Pèr que u rate noun rousilhan a vigna, A ra Canderiéra, pilha a poulhéra. »
« A Canderiéra sema à mitan da feniéra », desìa un autre prouverbou antig. Pèr ou 2 de febrarou carìa esse a mitan de prouviste de pan, de farina e de fen pèr e bèstie, pèr passà r’envern couma car, perqué « febrarou court, piege de tout ». Ahura, u jorne creishan ben e pèr « a Canderiéra, ou sourelh va pèr valan e pèr valiera ».
Ancùi, pourema di que r’usança de fà sautà e crespe es encà viva e a servà un poc a tradician de tempe-fa. Una pèça de mounéa ent’una man, fasìan sautà a crespa de l’autra, pèr avé de sòu toute l’ann.
Temp-fa, Catarina, passava ent’e carriere e carroujete dou Mentan-vielh, ou testou pausà sus’a testa, pèr vende a socca, sourtìa just dou fourn, e siervì u se cliente qu’avìa recampà en crient : « socca, socca cauda ». D’una man esperta, dam’un belou gàribou qu’ou sen age avìa fach, talhava una o doue parte de socca e dounava ou chicou ent’u enfante…
Jean-Louis Caserio,Félibre Majoral


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 37 / 164243

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2018  Suivre la vie du site N° 410 - Le « Coin du Mentounasc » du 3 février (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4