Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Lundi 11 novembre 1918, 1 561ème jour de guerre, fête de la Saint-Martin, un temps de Toussaint ...

L’Armistice du 11 Novembre 1918

mercredi 7 novembre 2018 par Jean claude VOLPI, Jean-Louis CASERIO

Lundi 11 novembre 1918 - Personne ne le sait encore, l’armistice vient d’être signé à 5 h 15.
11 heures, sur toute la ligne de front, le clairon retentit pour annoncer la fin de la guerre
A Menton, à la même heure et comme partout en France, les cloches du Campanin et toutes celles du pays mentonnais carillonnent à la volée. La liesse est immense...

L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
.
1er novembre : Une grand’ messe a lieu en l’église Saint Michel à la mémoire des soldats morts pour la Patrie. La foule est importante. Sont présents des élus, les familles des soldats « Morts au champ d’honneur », sociétés locales, patriotiques ou celles des colonies italienne et belge. Les hampes des drapeaux sont cravatées de crêpe noir.
4 novembre, l’Autriche-Hongrie demande l’armistice à l’Italie. La population italienne, très présente, laisse éclater sa joie. N’est-ce pas le prélude qui augure d’un heureux dénouement pour la fin de la guerre contre l’Allemagne ?
Lundi 11 novembre 1918, 1 561ème jour de guerre, fête de la Saint-Martin, un temps de Toussaint qui se prolonge, enveloppe Menton. Personne ne le sait encore, l’armistice vient d’être signé à 5 h 15 par l’Allemagne au bénéfice des Alliés, cela dans le wagon du généralissime Foch, clairière de Rethondes, forêt de Compiègne. Quelques journaux, anticipant cette nouvelle, l’annoncent dans leurs éditions du matin ; 11 heures, sur toute la ligne de front, le clairon retentit pour annoncer la fin de la guerre. Puis, le silence… un silence complet... inconnu depuis plus de quatre ans…
A Menton, à la même heure et comme partout en France, les cloches du Campanin et toutes celles du pays mentonnais carillonnent à la volée. La liesse est immense mêlée à un sentiment de tristesse (des larmes sincères font leur apparition en pensant à tous ses malheurs endurés). Dans un tourbillon patriotique, la rumeur parcourt la ville haute, le marché... tous les quartiers et les vallées. Elle reprend ce leitmotiv « enfin, on va revoir nos hommes, ces braves ! » C’est la fin de l’abominable tragédie… Combien vont-ils revenir ? Et pour certains, dans quel état ?
La mairie, les monuments, le port et la gare PLM sont pavoisés à la hâte de drapeaux français, américains, anglais et belges. Notre ville a-t-elle déjà reçu une aussi éclatante décoration ’’spontanée’’ ?
Beaucoup ont cessé le travail. Dans la rue on s’étreint, on se congratule, on s’embrasse. Les klaxons à poire entament une aubade, surtout ceux des camions américains qui circulent dans le centre-ville. Ils sont remplis des « Enfants de l’Oncle Sam » en fin de convalescence. Ils paradent. Leur point de ralliement festif est le Casino-Kurssal, cela depuis que l’hôpital américain s’est installé à l’Orient Palace en octobre. Le staff médical, venu des USA, alimente en jeunes Yankees, qui y sont opérés, 7 autres palaces mentonnais loués pour leurs hospitalisations temporaires.
D’autres hôtels et palaces accueillent des militaires français, la ville est devenue un vaste hôpital.
Ce 11 novembre, des tirailleurs africains et malgaches, font « la nouba » entre Menton et Roquebrune-Cap-Martin, Les Serbes (orphelins, étudiants, aveugles et militaires hospitalisés) sont éparpillés sur Garavan.
Le soir, aux sons des accordéons, des flûtes et des tambours, des « baleti », vont rassembler la population où chacune/chacun va laisser éclater sa joie avec une intensité patriotique qui se libère, tonitruante, cela jusqu’à tard dans cette première nuit de Paix...
Jean-Claude Volpi
.
L’ARMISTICI DOU 11 DE NOUVEMBRE 1918
.
Primou de Nouvembre. Una messa-granna à San Miqué è dedicàia pèr a memòria du sourdati moarte pèr à Pàtria. I è tantou moundou. E bandiere san gravatàie de tera negra.
Ou 4 de Nouvembre r’Austrìa-Oùngria demanda r’armistici à r’Itàlia.
Lunerdì 11 novembre 1918, 1 561ème jorn de guerra, festa de San-Marten, un temp du Santi enfroupa Mentan. Nushen noun rou sa, r’armistici ese firmà à 5 h 15 pèr l’Allemagna ent’ou wagan dou generalissime Foch, à Rethondes, bouasc de Compiègne. Quarque journale, anounçan aquesta nova ; 11 oure, susa tout’a ligna dou froant, ou cleran souana pèr announçà a fen da guerra. Puhi, ou silènciou… un silenciou coumplet... scounoushù despù mai de quatre anne…
A Mentan, couma da pertout en França, e campane de San Miqué e toute aquele dou Païs mentounasc campanejan. Ese jòia mesquiàia de tristessa ente tout’u relargue da vila. Es a fen d’aquesta tragedìa. Qù sa quant van retornà à casa ?
A merìa, u mounumente, ou poart e a gara PLM san pavesà à ra spreisha de bandiere francesa, americana, englesa e belgicana. Tantu se san arrestà de travalhà. Ent’u carrouge, cadaen se baijha. E corne de vature souanan. U camioù american carregà de sourdati pavounejan à r’entorn dou Casino-Kurssal e de l’Orient Palace. Aquelu san curà da u médiqui vengù d’América.
D’autre oustà e palassi acuelhan de militari francese, a vila ese deventàia un ouspità.
Stou 11 de nouvembre, de tiralhoù african e malgache, fan a festa entra Mentan e Rocabruna. U Serbe san sparpilhà devers Garavan.
A sera, jorgine, flaute e tambare, juegan pèr de baleti, que recampan a poupulacian douna cada-en e cada-una van balà dame jòia e festejà pran tardi pèr aqueta prima nuech de Paz retrovàia…
Revirada da Jean-Louis Caserio, Felibre Majoral


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 6 / 163538

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2018  Suivre la vie du site N° 435 - Le « Coin du Mentounasc » du 3 novembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3