Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Un historien et naturaliste mentonnais du 19ème siècle par J-P Frediani

Bicentenaire de la naissance d’Honoré Ardoïno

Revirada Ardoïno, storian e boutanista mentounasc de J-L Caserio
vendredi 7 février 2020 par Jean-Louis CASERIO, Jean-Pierre FREDIANI

Né à Menton le 19 septembre 1819 et décédé en sa ville de naissance le 24 août 1874
.
BICENTENAIRE DE LA NAISSANCE D’HONORÉ ARDOÏNO,
historien et naturaliste mentonnais du 19ème siècle
.
Ce sont les 15 mai 1883 et 25 juin 1898 que le conseil municipal mentonnais va honorer la mémoire d’Honoré Ardoïno en donnant son nom à une rue puis à une place de la ville. La Société d’Art et d’Histoire du Mentonnais (S.A.H.M) l’honorera également en lui consacrant une de ses premières publications : la réédition en 1977 de la première histoire de Menton dont il est l’auteur. Louis Caperan, notre président d’honneur fut chargé de présenter en préambule aux lecteurs ce scientifique mentonnais ; il nous éclaire sur la formation de ce petit-fils d’un Baron d’Empire, maire de Diano-Marina, fils d’un président du tribunal, gentilhomme du Prince : « Fils de propriétaires fonciers aisés, Honoré fait des études poussées. Tout d’abord, il est fondu dans le moule d’une culture classique parfaite. Plus tard, sa bibliothèque en témoignera, les classiques grecs et latins ne disputent la primauté qu’aux livres de botanique. Sur cette base culturelle que reçoit à l’époque tout jeune bourgeois, viennent se superposer deux influences déterminantes : la culture italienne et la culture française ». Louis Caperan nous présente cette histoire de Menton, œuvre de jeunesse intitulée plus précisément « Petites annales de Monaco, Roquebrune, Menton » : « C’est une histoire évènementielle faisant une place importante à l’anecdote, à la tradition orale et aux souvenirs. Toutefois, ces derniers ne nuisent en rien aux thèses de l’auteur qui s’appuient sur de nombreuses références archéologiques et littéraires. Le manuscrit, quant à lui, est rédigé d’une façon très claire et méthodique ».
Ardoïno, de par sa position sociale, aurait pu s’engager dans le mouvement révolutionnaire de 1848 (il fut d’ailleurs membre de la Commission provisoire du gouvernement des villes libres du 2 mars 1848) mais il se mettra très vite en retrait des évènements, préférant voyager et se consacrer à sa passion, la botanique.
La S.A.H.M tiendra à rendre hommage non seulement à l’historien mais au botaniste en lui consacrant un dossier (Ou Païs mentounasc n° 92 de décembre 1999) sous la plume du spécialiste Pierre Jacquet. Ce dernier nous apprend qu’Honoré Ardoïno est d’abord connu en France par ses lettres et communications faites à la S.B.F (Société Botanique de France) dont il fut le vice-président et un des principaux organisateurs de la session 1865 qui eut lieu à Nice. Pierre Jacquet développe ensuite le contenu des deux ouvrages principaux d’Ardoïno à savoir le « Catalogue des plantes vasculaires qui croissent aux environs de Menton et Monaco » paru en 1862 et la « Flore analytique du département des Alpes-Maritimes » paru en 1867. A noter que le fonds régional de notre bibliothèque municipale détient ces deux ouvrages de même que l’édition originale de l’histoire de Menton évoquée plus haut, parue en 1926. Cette date peut surprendre car Ardoïno a livré son manuscrit en 1843. Nous devons la version imprimée à l’initiative de J. Delval conservateur du musée de Roquebrune qui en demanda l’autorisation d’édition à Madame Morelli, fille et héritière d’Ardoïno.
Nous terminerons cette rapide présentation d’Honoré Ardoïno en évoquant la place qui porte son nom. Celle-ci accueille l’actuelle mairie qui a été construite en 1861 par l’architecte Victor Sabatier pour Honoré Ardoïno afin d’y installer le Cercle des Etrangers ; en face deux immeubles de style piémontais de l’architecte Philippe Randon construits sur des terrains appartenant à Ardoïno par ses amis Bottini et Partouneaux. La rue séparant ces immeubles et rejoignant la place est la rue Honorine, prénom de la mère d’Ardoïno, bienfaitrice de la ville qui légua des terrains lui appartenant pour la construction de l’hôpital Saint-Julien.
Jean-Pierre Frediani
.
ARDOÏNO, STORIAN E BOUTANISTA MENTOUNASC
.
En majou 1883 e en jugn 1898 ou counselh municipal mentounasc a dounach ou noum d’Honoré Ardoïno ent’ una carriera puhi ent’una piaça da vila. A Soucietà d’Art e de Stòria dou Païs Mentounasc a publicà en 1977 una reedician da prima stòria de Mentan d’Ardoïno. Louis Caperan, noaish president d’aunoù a presentà aquestou scientìficou mentounasc ; pichan-filh d’un Barran d’Emperou, mera de Diano-Marina, filh d’un president dou tribunale, gentilome dou Prènchipe : « Filh de prouprietari ben-estant, Onoratou a fach de belle stùdie clàssique... Pu tardi, sa biblioteca en pourterà testimoni dame de libre de boutanica.
Ardoïno, aurìa poushù partechipà n’ou mouviment revouluciounari de 1848 (fasìa partìa da Coumessian dou gouvernou de ville lìbere dou 2 de mars 1848) mà s’ese retirà vitou da vita poulìtica, i era pu de ca de viajà e de counsacra-se n’a soua passian, a boutanica.
A S.A.H.M. a tengù à rende aumage a ou storian mà tamben a ou boutanista en fasent un belou doursié ent’Ou Païs mentounasc n° 92 de dijhembre 1999) sout’a puma dou specialista Pierre Jacquet. Aquelou a scrich que Onoratou Ardoïno ese counoushù en França da « Société Botanique de France » de que ese stach ou viche-president e un ourganisatoù da sessian de 1865 à Nissa. Pierre Jacquet presenta u libre d’Ardoïno : « Catalogue des plantes vasculaires qui croissent aux environs de Menton et Monaco » pareishù en 1862 e a « Flore analytique du département des Alpes-Maritimes » pareishù en 1867.
Pèr fenì aquesta ràpida presentacian d’Onoratou Ardoïno parlema da piaça que poarta ou sen noum. Aquesta es ancuhi a merìa constuita en 1861 pèr l’arquitetou Victor Sabatier pèr Ardoïno pèr durbì ou « Cercle des Etrangers » ; en facha doue bastisse de stile piemountes de l’arquitetou Philippe Randon bastì susa de terren de Ardoïno pèr u se amigue Bottini e Partouneaux. A carriera que jougne a piaça tra e doue counstrucioù se souana rue Honorine, pichan-noum da maire d’Ardoïno, benefatrice da vila qu’a legà de terre-soue pèr bastì r’ouspità San-Jurian.
Revirada da Jean-Louis Caserio, Félibre Majoral


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 6 / 218559

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2020  Suivre la vie du site N°477 - Le « Coin du Mentounasc » du 1er février (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3