Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Le « Coin du Mentounasc »

Depuis mon balcon, un texte de Roger Gilli

Révirada de Jean-Louis Caserio
jeudi 23 avril 2020 par Jean-Louis CASERIO

DEPUIS MON BALCON
.
En face de mon balcon, je n’ai pas de vis-à-vis, quelle chance ! Et, depuis mon balcon je peux compter les pâquerettes et les fleurs de souci. Depuis mon balcon j’observe les nombreux oiseaux qui cherchent leur pitance voletant d’un endroit à l’autre, puisant dans les différentes mangeoires. Tout cet hiver je leur ai distribué des graines de tournesol : Mésanges, pinsons, verdiers, moineaux, merles et les tourterelles aussi. Ils me saluent ainsi que le rouge-gorge si hargneux avec les siens. Les voisins se moquent gentiment, pour eux je suis le tonton des oiseaux !
Depuis mon balcon je peux écouter le silence : Les enfants ont déserté le collège, plus de cris, plus de disputes ! Quand les oiseaux sont muets on dirait que le monde s’est arrêté… Disparus les bruits de moteur des motos, des camions et des voitures. Est-ce un cauchemar ? Malevil peut-être ? Je ne sais pas.
Depuis nos balcons, entre voisins, nous communiquons en vidéo-conférence. D’une main on se salue, tandis que l’autre tient le téléphone : - « Oh ! Nous sommes encore là, ce salaud de virus ne nous a pas encore eu ! » Mais depuis mon balcon ce silence, trop souvent me glace le sang…
Depuis mon balcon j’ose imaginer un Monde nouveau : Un Monde où les hommes auraient retrouvé quelques principes essentiels. Ces valeurs que nous vivons en ces temps de misère : l’amitié et la fraternité Que les survivants auraient retenu la leçon, pour une fois.
Depuis mon balcon, de cela je n’en suis pas très sûr, après l’hiver, le printemps. Mais les loups auront toujours faim, et les hommes la mémoire qui flanche !
Roger Gilli -IEO 06 Ribon-Ribanha
.
DOU MEN BARCAN
Dou men barcan, fourtunà que mi su, a r’autra man d’imuble n’i san pa. Dou men barcan, e pascaline, e fioù de gaujan se pouaran cuntà. Dou men barcan gardéou u aucelete mai que numerouse que cercan da pità foulastregan d’un lueg à r’autre, d’una grupieta à r’autra : Tout r’envern de grane de gira-sourelh ru ai pourtà. Barvesen, franguelh, verdan, pàssera, merlou, e tamben a tourdourela. Me salutan pèr m’arremercià e meme ou rigaud tant chiquignous dam’u se fraire. U vesì se menchounan gentilment, me disan que du aucele su ou barba !
Dou men barcan, ou silènciou pueishou scouta-rou : u enfante dou coulégiou noun san pu aquì pèr crià e garoulhà-se ! Quoura u aucele san mute se pouhe pensà que ou moundou s’es arrestà…. Despareishù ou zounzoun de mòto e de camioù, ou remoù de vature. Es un marrì pantai ? Malevil forshi ? Nou’ sai nan.
Dou men barcan dam’un vesen o una vesina sema en « videò counferença » Se fasema Viva d’una man pèr se di, dam’ou telefounet en r’autra : - « O, sema sempre aquì, aquelou brutesc de virus nou’a pancara agantà ! » Dou men barcan, ou silènciou quarque vote me fa frei susa a squina.
Dou men barcan d’un moundou nòu su da me pantaià. Un moundou douna u ome quarque prenchipe essenciale aurìan torna trouvà. Valoute que vivema ent’ aquelu tempe de miséria : r’amistà e a fraternità, Que u soubre-vivente, stou còu, a lecian r’auràn emparàia.
Dou men barcan, d’aquò, ne’n su pa segù : aprèss r’envern ven a primavera Mà u loube auràn sempre fam e u ome a memòria fiaquejanta !....
.
Revirada da Jean-Louis Caserio, Félibre majoral


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 19 / 247464

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2020  Suivre la vie du site N°484 - Le « Coin du Mentounasc » du 18 avril (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1