Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Le Coin du Mentounasc dans Nice-matin

Joli mois de mai - Ou belou majou

Texte de Ginette Olivesi Lorenzi, Revirada de Jean-Louis Caserio
dimanche 17 mai 2020 par Ginette OLIVESI-LORENZI, Jean-Louis CASERIO

JOLI MOIS DE MAI
.
A la fin du XVIIIe siècle, dans la principauté de Monaco, on raconte que les amants, le 1er du mois de Mai, faisaient planter devant la porte de leurs maîtresses, un grand arbre ; on l’appelait le « Mai ». Il était soit garni de guirlandes fleuries ou de rubans. En 1830, cette manifestation avait disparu. Il en était demeuré la coutume de planter le « Mai » dans chaque rue. La jeunesse venait danser autour en chantant et cela pendant plusieurs dimanches.
En mai 1848, la jeunesse mentonnaise planta l’arbre de Mai à la place des Logettes. Après l’avoir décoré, elle tourna le « Mai ». Elle s’en alla ensuite en chantant par les rues jusqu’à l’ex place St Honoré, devenue place de la Révolution. Là, elle reprit ses chants et danses en hommage à la liberté retrouvée.
A la fin du siècle dernier (fin XIXe), l’arbre de Mai est remplacé par un arrangement floral suspendu sur la place par des cordes, entre deux fenêtres. Pendant les soirs de mai, jeunes et moins jeunes venaient « tourner le Mai ». C’est là que se nouaient idylles, intrigues amusantes. C’est là surtout que se conservait et se transmettait par la tradition orale, le trésor de la poésie populaire, l’âme du pays dans ce qu’elle a de plus savoureux et de plus spontané. Les danses qui se pratiquaient sous le Mai fleuri, étaient fort simples. A Menton, on les appelait « Ou brandi » (les branles ou brandes du Moyen Age) qui se dansaient à pas glissés et comptés.
Après la guerre de 1914, les « Mais » ont perdu de leur importance. Ils devaient revenir en force en 1926 et, sa coutume, se prolonger jusqu’aux années 1960. Chaque quartier rivalisait dans la confection du motif floral ; une reine des Mais était élue à la fin du mois. Les Mais se terminaient par une grande fête de folklore, des bals populaires, chants et danses.
Aujourd’hui, on ne tourne plus les Mais, on ne chante plus sur la place « le romarin fleuri », « le petit panier ».
Les Mais ont peu à peu disparu. Mais la tradition est la plus forte. Les niçois continuent de fêter les mais et la municipalité de Menton a organisé ces dernières années au « Pian » de belles fêtes des « Mais ».
Pour finir, chantons ensemble, la finale du Pichan cavagnet de Louis Moreno et Angelo Graffione de la Capeline de Menton.
« Beaux jeunes gens venez ici / vous qui cherchez une épouse / sous le mai fleuri / il y aura de belles soirées / et si vous le voulez / il y en aura des mariées / sans dot nous aurons assez / avec un sol que vous nous donnerez. / Au bras, le petit panier / où allez-vous belles jeunes filles / taille fine et le pas léger / au bras le petit panier ».
Ginette Olivesi Lorenzi
.
OU BELOU MAJOU
.
A ra fen dou sécoulou des-e-vech, ent’a Prenchipautà de Moùnigou, pèr ou primou de majou, u coumpà fasìan piantà un erbou davant a pouarta du se coumà ; aquel’ erbou se sounava « ou majou ». Era engarnì de grilande fiourìe e de ribounete. De tout acò, a tradician de piantà ou « majou » ente cada carriera, s’ese perpetuàia. A jouventura balava à r’envirou en cantent de belle cansoù.
En 1848, u jouhe an piantà r’erbou en piaça de Lougette. A ra fen dou sécoulou des-e-nòu, r’erbou de majou ese stach rempiaçà d’un moutivou fiourì stendù dame de couarde d’un barcan à l’autre, e dessouta, a gent venìa virà ou majou e u caregnaire eran numerouse ! coum’acò, a tradician era ben counservàia e trasmetùa. U brandi se balavan à passe sguilhà e cuntà.
Apress a guèrra dou 14, u majou an perdù de vigourìa. Mà, verse 1926 a coustuma va repilhà fouarça fint’u anne 1960. Cada quartié avìa ou sen majou e a soua regina. A ra fen dou mes, se fasìa una granna festa : baleti e cansoù. Poc à poc, u majou noun san pu virà. Noun se canta pu ou roumanin fiouri, ou pichan cavagnet… Mà a tradician era trop viva. U nissarte coutinuan sempre a festa u majou e a munichipalità de Mentan fà una granna festa souta u aurevìe dou Pian pèr una bella dumenigàia dou mes de majou…
Pèr fenì, cantema tout ensem, a finala dou Pichan cavagnet de Louis Moreno e Angelo Graffione da Capelina de Mentan :
« Belu jouhe d’en pèr aquì /Que cerqué a maria-vou / Sout’ou Majou qu’ese fiourì / Seran de belle seràie / E se vautre ou vouré / I sera de mariàie / Sensa dota n’aurema assé / Dam’un sòu que nou douneré. / Ou pichan cavagnet’au bras / Doun’ané belle garçoune ? / Tàia fina e lengìe ou pas / Ou pichan cavagnet’au bras. »
Revirada da Joan Louis Caserio, Félibre Majoral


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 28 / 241437

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2020  Suivre la vie du site N°487 - Le « Coin du Mentounasc » du 16 mai 2020   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3