Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

1 - Extrait « Biennale de Peinture de Menton »

vendredi 25 septembre 2020 par Jean-Pierre FREDIANI

LA CRÉATION DE LA BIENNALE DE PEINTURE DE MENTON
.
Les conditions de la création de cette manifestation sont complexes. Il s’agit d’une construction collective qui englobe une première exposition en 1950 que l’on peut considérer comme un essai et l’exposition de la première biennale proprement dite qui se déroulera un an plus tard.
.
Le maire Pierre Parenthou-Dormoy en résume ainsi l’origine : « C’est en 1946 que le secrétaire général du Comité des Fêtes, François Ferrié, a pensé compléter les fêtes de printemps qui sont axées sur la culture du citron par une exposition qui aurait été appelée : Menton vue par les peintres. J’ai proposé presque aussitôt que cette formule soit remplacée par celle plus ample de : Menton et la Méditerranée vues par les peintres. Elle ne s’est tenue pour des raisons financières qu’en 1950 et a eu le plus grand succès ; Paul Signac, Othon Friez, Henri Matisse, Picasso, Raoul Dufy, Maurice Utrillo, Christian Caillard, Roger Limouse… nous ont prêté leur concours. C’est alors qu’est née dans l’esprit des peintres résidant à Menton, Christian Caillard, Terechkovitch, Dehove l’idée de rendre cette manifestation périodique ».
.
Par cette première exposition, la ville de Menton faisait en quelque sorte la preuve de sa capacité à organiser une manifestation de haut niveau et le 8 décembre 1950 le journal « art » titrait en première page sous la plume de Raymond Cognat « grâce à la ville de Menton, la France aura sa Biennale de peinture » et annonçait : « La municipalité de cette ville a accepté de faciliter l’organisation d’une grande exposition internationale de peinture qui pourra jouer en France le rôle prestigieux que joue en Italie la Biennale de Venise. Afin de bien marquer qu’il ne s’agit pas d’une rivalité avec celle-ci, les organisateurs ont choisi pour le début de cette entreprise l’année 1951 qui est laissée libre par la manifestation vénitienne ».
Le conseil municipal est informé du projet le 15 mai 1950 et le 23 mai 1951 réservera un crédit de 1 500 000 francs. Le Maire rendra compte en cette occasion de son déplacement à Paris où il a pu rencontrer le directeur des Musées de France et divers interlocuteurs à l’Elysée, au ministère de l’Education Nationale, à l’Assemblée Nationale, à la Radiodiffusion Française et au siège de divers journaux.
.
L’organisation de la première édition
Cette manifestation fut dénommée : Première Biennale de Peinture de France. Elle se déroula du 3 août au 1er octobre 1951 au Palais du Kursaal qui fut loué pour l’occasion.
Une association spécifique fut créée, présidée par le maire Parenthou-Dormoy, assisté de deux vice-présidents (Mussier, Sopena), d’un secrétaire général (Dehove), d’un trésorier (Beauvisage), d’un trésorier adjoint (Mauchant) et d’un comité directeur (Perret-Gentil, Bosio, Bernard, Testa, Ferrié, Bernstamm). Par ailleurs, un vaste réseau de correspondants (conservateurs, journalistes spécialisés, artistes) est mis en place dans les régions françaises et en Afrique du Nord en vue d’établir la sélection des artistes présentés.
La manifestation peut s’enorgueillir du patronage du Président de la République, de SAS le Prince de Monaco et du ministère de l’Education Nationale, la présidence d’honneur ayant été acceptée par le maître Henri Matisse. Le comité de patronage reçoit la participation du directeur général des Arts et Lettres, du directeur général des musées nationaux, de l’inspecteur des musées de Provence, de l’inspecteur des Beaux-Arts, de grands conservateurs tel René Huygue du Louvre, Jean Cassou du Musée National d’Art Moderne ou encore André Chamson du Musée National du Petit Palais. Au total le comité d’honneur et de patronage se compose de 41 membres auquel il faut ajouter un jury de 14 membres, conservateurs journalistes spécialisés chargés d’attribuer les prix.
.
Les participants de cette 1ere édition
La biennale est dédiée au maître Raoul Dufy dont cinq œuvres sont présentées.
L’ensemble des œuvres exposées sont réparties en trois sections. La section A est réservée aux peintres français ou étrangers résidant à l’étranger sélectionnés ou invités (65 artistes représentant 16 pays). La section B est réservée aux peintres français et étrangers résidant en France invités par la ville de Menton (83 artistes). La section C est réservée aux peintres français et étrangers résidant en France ou en Afrique du Nord (234 artistes). Par ailleurs, dans les salons de la Résidence du Louvre où se trouvent le siège du secrétariat général de la Biennale et le centre d’accueil des artistes, est présenté un ensemble d’œuvres de René Seyssaud en « couronnement de la carrière artistique du maître provençal ».
Le jury attribuera le Grand Prix International à deux artistes Roger Limouse et Albert Gleize, le Premier Prix réservé à un étranger à Geer Van Velde et le Premier Prix réservé à un français à Kostia Térechkovitch. Au total 45 peintres vont obtenir une distinction parmi lesquels René Ambrogiani, Lucien Coutaud, Klimek, résidant mentonnais, Mucha et la jeune Jacqueline Verdini.
.........
Jean-Pierre Frediani


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 23 / 250004

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La revue « Ou Païs Mentounasc » de la SAHM  Suivre la vie du site N°175 - Peinture et poésie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4