Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
La revue « Ou Païs Mentounasc » de la SAHM

2 - PM 171 - « Il y a plus de 90 ans, la Méditerranée rejoint la Haute Vallée » de la Roya

Au gré des Archives...
mardi 10 novembre 2020 par Valérie RONDELLI

« Il y a plus de 90 ans, la Méditerranée rejoint la Haute Vallée de la Roya »
.
Dans ce bulletin de la SAHM dédié au Chemin de Fer, j’ai cherché ce que les Archives Municipales de Menton pouvaient mettre en lumière sur le sujet. Bien que nous ayons quelques documents intéressants sur la voie qui traverse Menton, j’ai préféré me tourner vers notre bel arrière-pays, et partager avec vous, le fonds d’archives privées d’André Tardieu –homme politique français de premier ordre, décédé à Menton en 1945-.
.
Pourquoi et quel lien, me demanderez-vous ?! Dans un premier temps, et par le biais de mon métier d’archiviste, il me semble important de rattacher le passé au présent. Le sujet est d’actualité, puisque l’exploitation de cette ligne est aujourd’hui remise en cause, et fait l’objet de discussion serrée pour son maintien. Dans un second temps, la ville de Menton a le privilège de détenir un des fonds de ce chef du gouvernement français de la 3e République. Et enfin, dans ces archives, on trouve une série de 19 photographies de la journée inaugurale de la ligne Nice-Cuneo du 30 octobre 1928, présidée par André Tardieu, et qui n’était alors encore « que » Ministre des Travaux publics.
.
Mais revenons à nos fonds d’archives, et à travers ce lot de document, à l’histoire de cette journée. En effet, il aura fallu près de 20 ans de travaux, pour que cette ligne voit le jour. Cette journée débute, du côté français, par le départ de la Gare de Nice, à 9h50 précise, d’un convoi ferroviaire exceptionnel, battant flammes aux couleurs des deux pays. Ce voyage inaugural se déroule sous un ciel couvert, et parfois même, une pluie fine s’invite à la fête. Et c’est bien une fête qui attend ce train à toutes les gares du parcours. Les habitants heureux de voir ainsi se réaliser un vieux rêve, et la fin d’un isolement préjudiciable de cet arrière-pays. Après un trajet jusqu’à Fontan et Saorge, il revient à Breil sur Roya à 12h50. Dix minutes plus tard, le convoi italien fait également son entrée dans la Gare de Breil, qui désormais arbore le titre de Gare Internationale. Après des poignées de mains entre les deux ministres français et italien et quelques accolades, les 450 convives sont reçus pour un banquet dans les locaux des douanes françaises. Puis vient le temps des discours officiels et de quelques petits amuse-bouche. Enfin, les deux trains, ne formant plus qu’un seul convoi, repartent vers Vintimille pour une ultime réception. Cependant, l’ambiance festive et bon enfant du côté français, fait place à un cortège de chemises noires, crosses du fusil à la main, tantôt repoussant les curieux loin de la ligne, tantôt encadrant une population figée dans un salut « à la romaine ». N’oublions pas qu’en 1928, l’Italie est gouvernée par le mouvement fasciste de Mussolini… C’est donc à Vintimille que se termine ce voyage. Et comme on peut le lire dans la presse de l’époque, grâce à laquelle je peux vous raconter cette journée, « A partir d’aujourd’hui, la ligne Nice Cuni, si chaudement fêtée, appartient au public ».
Les voies de communication, qu’elles soient routières, ferroviaires, navigables ou aériennes, sont des liens entre les populations. Au-delà des intérêts économiques, elles permettent les échanges humains et apportent la vie là où parfois il n’y en a pas, ou plus. C’est ainsi, qu’il y a plus de 90 ans la Méditerranée a rejoint le Piémont en passant par la Haute Vallée de la Roya.
« Il y a plus de 90 ans, la Méditerranée rejoint la Haute Vallée de la Roya »
Dans ce bulletin de la SAHM dédié au Chemin de Fer, j’ai cherché ce que les Archives Municipales de Menton pouvaient mettre en lumière sur le sujet. Bien que nous ayons quelques documents intéressants sur la voie qui traverse Menton, j’ai préféré me tourner vers notre bel arrière-pays, et partager avec vous, le fonds d’archives privées d’André Tardieu –homme politique français de premier ordre, décédé à Menton en 1945-.
.
Pourquoi et quel lien, me demanderez-vous ?! Dans un premier temps, et par le biais de mon métier d’archiviste, il me semble important de rattacher le passé au présent. Le sujet est d’actualité, puisque l’exploitation de cette ligne est aujourd’hui remise en cause, et fait l’objet de discussion serrée pour son maintien. Dans un second temps, la ville de Menton a le privilège de détenir un des fonds de ce chef du gouvernement français de la 3e République. Et enfin, dans ces archives, on trouve une série de 19 photographies de la journée inaugurale de la ligne Nice-Cuneo du 30 octobre 1928, présidée par André Tardieu, et qui n’était alors encore « que » Ministre des Travaux publics.
.
Mais revenons à nos fonds d’archives, et à travers ce lot de document, à l’histoire de cette journée. En effet, il aura fallu près de 20 ans de travaux, pour que cette ligne voit le jour. Cette journée débute, du côté français, par le départ de la Gare de Nice, à 9h50 précise, d’un convoi ferroviaire exceptionnel, battant flammes aux couleurs des deux pays. Ce voyage inaugural se déroule sous un ciel couvert, et parfois même, une pluie fine s’invite à la fête. Et c’est bien une fête qui attend ce train à toutes les gares du parcours. Les habitants heureux de voir ainsi se réaliser un vieux rêve, et la fin d’un isolement préjudiciable de cet arrière-pays. Après un trajet jusqu’à Fontan et Saorge, il revient à Breil sur Roya à 12h50. Dix minutes plus tard, le convoi italien fait également son entrée dans la Gare de Breil, qui désormais arbore le titre de Gare Internationale. Après des poignées de mains entre les deux ministres français et italien et quelques accolades, les 450 convives sont reçus pour un banquet dans les locaux des douanes françaises. Puis vient le temps des discours officiels et de quelques petits amuse-bouche. Enfin, les deux trains, ne formant plus qu’un seul convoi, repartent vers Vintimille pour une ultime réception. Cependant, l’ambiance festive et bon enfant du côté français, fait place à un cortège de chemises noires, crosses du fusil à la main, tantôt repoussant les curieux loin de la ligne, tantôt encadrant une population figée dans un salut « à la romaine ». N’oublions pas qu’en 1928, l’Italie est gouvernée par le mouvement fasciste de Mussolini… C’est donc à Vintimille que se termine ce voyage. Et comme on peut le lire dans la presse de l’époque, grâce à laquelle je peux vous raconter cette journée, « A partir d’aujourd’hui, la ligne Nice Cuni, si chaudement fêtée, appartient au public ».
Les voies de communication, qu’elles soient routières, ferroviaires, navigables ou aériennes, sont des liens entre les populations. Au-delà des intérêts économiques, elles permettent les échanges humains et apportent la vie là où parfois il n’y en a pas, ou plus. C’est ainsi, qu’il y a plus de 90 ans la Méditerranée a rejoint le Piémont en passant par la Haute Vallée de la Roya.
Valérie Rondelli


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 16 / 253911

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La revue « Ou Païs Mentounasc » de la SAHM  Suivre la vie du site N°171 - Automne 2019 - 150ème anniversaire de (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2