Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

Savez-vous ce que sont les barmes du pays mentonnais ? texte de Richard Osicki

Revirada « Barme en païs mentounasc » de Mauri Osicki-Ampolini
samedi 28 novembre 2020 par Mauri OSICKI - AMPOLINI, Richard OSICKI

BARMES EN PAYS MENTONNAIS
.
Dans les campagnes, sur les collines mentonnaises, nombreux étaient les bassins qui permettaient de récupérer l’eau nécessaire à l’exploitation de petits domaines agricoles. Beaucoup ont disparu souvent engloutis sous nos constructions modernes ou simplement abandonnés par manque d’entretien.
L’eau ainsi stockée était de l’eau de pluie récupérée ou celle résultant des suintements le long des murs et habilement conduite vers le bassin. Cela pouvait aussi être de l’eau provenant d’une source coulant à flanc de colline ou bien celle provenant d’une barme.
Mais, qu’es acò, une barme ?
Une barme, encore appelée balme dans d’autres régions, se présente souvent comme une galerie drainante horizontale naturelle ou creusée par l’homme dans la colline, qui permet de ramener les eaux d’infiltration à l’air libre.
Or, dans le sous-sol mentonnais, il transite un important débit d’eau souterraine dû aux infiltrations au travers du « grès de Menton ». La création de barmes s’imposait donc. Elles étaient creusées à la main à l’aide de pioches, de barres à mines et les matériaux étaient souvent en partie utilisés pour la construction de bassins extérieurs.
On pense que le nombre de barmes dans le Mentonnais a été supérieur à 200 mais beaucoup d’entre elles ont été condamnées, se sont effondrées ou se sont taries. Une forte densité des barmes opérationnelles se situe sur les deux versants de la colline de l’Annonciade, et aussi sur les collines des différentes vallées (Careï, Fossan et Gorbio). Par exemple, sur la corniche des Serres de la Madone, il existe quelques barmes en activité dont celles de M. Corradi, dans le quartier Sigua. Longue de 45 m, l’une d’entre elles a été creusée dans le grès de Menton... en 7 ans, vers les années 1920. Pour assurer une réserve d’eau, un bassin a été aménagé à l’intérieur même de la barme.
Les dimensions des barmes recensées sont très variables. Les largeurs et hauteurs moyennes vont de 1,50m à 3m. Quant aux longueurs, la majorité (40%) mesure plus de 100 m de long, 35% mesurent entre 5 et 10 m et 25% font moins de 5 m de long.
Un autre ensemble de 4 barmes, celles de MM. Pierre et Olivier Oliviero, est à signaler sur le versant Est de la colline de l’Annonciade. Larges d’environ 1,5 m, elles sont voûtées en maçonnerie de chaux et de briques et peuvent atteindre entre 70 et 110 m de long. A l’extrémité de l’une d’entre elles, on trouve un puits artésien qui donne de l’eau... même en été.
En conclusion, les barmes devraient être conservées dans la mesure où elles constituent un élément fort du patrimoine culturel local et qu’elles participent à la lutte contre les risques de mouvements de terrain. Elles permettent ainsi un drainage de l’eau de ruissellement et d’infiltration, et favorisent donc la stabilité des sols.
Récupérer ces eaux constitue aussi un élément non négligeable dans la gestion de l’EAU à la surface de notre planète.
Richard Osicki
.
BARME EN PAÏS MENTOUNASC
.
Tempe-fa, aquì s’e couale mentounasque, tout ou moundou avìa una pesquiera ent’a soua campagna pèr servà r’aiga nechessari à r’aigage du predi pèr r’agricultura. Pran sus’e coulete de tale pesquiere n’i san pu, enguioutìe sout’e nouaishe coustrucioù mouderne o abandounàie perqué noun siervan pu.
R’aiga aishì agantàia era aquela da pioja o aquela de rescourìe. Dame de canà ben piaçà, st’aiga meravilhousa era menàia ent’a pesquiera. De vote i era un sourgent s’ou fianc da couala o aloura i era una barma.
Mà ço qu’es una barma ?
Una barma se presenta coum’una galarìa ourizontala, naturala o scavàia da r’ome, que permete de fà anà r’aiga de fouara.
Aquì, ent’ou souta-terra mentounasc, i es pran d’aiga que coura, aiga enfiltràia en miej dou safre de Mentan. Pran de barme san naishùe, scavàie dame de magalhe, de pale de ferre e tout ço que s’en anava de fouara era utilisà pèr fà e pesquiere.
Noun se pouhe imaginà qu’avanch à Mentan i eran mài de 200 barme que, poc à poc, se san agoutàie o se san afoundàie. Ahù n’i san pu tante, aquele que stan se trovan s’u dou fianque da couala da Nounciata, tamben s’e couale dou Careï, dou Fossan o de Gouarbe.
S’ou cournijh da Madona, ent’ou quartié Sigua, i san quarque barme que founciounan ben, pèr esempi, aquele de Mounsù Corradi. A pu lounga fa 45 m, scavàia ent’ou safre ent’e anàie 1920 ; a cashù 7 anne pèr arribà à campà r’aiga preciousa. Un pesquieran ese stach amenajà dintre pèr avé una reserva d’aquel’aiga.
Generalamente re demensioù de barme recensàie san pran variàbile. Re larguesse e re autesse mejane varian da 1,5 m à 3 m. Re lounguesse (40 dou cent) fan mai de 100 m, 35 % mesuran tra 5 m e 10 m, e 25 % fan menou de 5 m.
Car segnalà 4 barme que apartenan à Pierre e Olivier Oliviero, que san piaçàie s’ou versant levant da couala Nounciata. Fan scaijhi 1,5 m de larguessa, 70 m à 110 m de lounguessa e una maçounarìa de mahoù e de caussina arca ou plafoun. En stremità d’una se pouhe vé un pouss « artésien » que douna d’aiga finte d’estade.
Pèr fenì, se pouhe dì qu’e barme qu’avema aquì ent’ou païs deverìan èsse proutejàie pèr ou patrimoni nouaish. De mai, favourisan a stabilità dou solou perqué dessecan e rescourìe. Recuperà tout’aquel’aigue ese pran empourtent pèr a gestian de r’AIGA s’a pianeta nouaisha.
Revirada da Mauri Osicki-Ampolini
Felibressa mentounasca


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 71 / 307845

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le « Coin du Mentounasc » dans Nice-Matin avant (...)  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2020  Suivre la vie du site N°502 - Le « Coin du Mentounasc » du 28 novembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1