Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

Aubépine, comptine.... retour sur les traditions du jour de l’An.

Texte en Français, revirada en Mentounasc de Jean-Louis Caserio
samedi 2 janvier 2021 par Jean-Louis CASERIO

TRADITIONS DU JOUR DE L’AN
.
Au XVe siècle, le seigneur de Menton Cathalan ordonna pour l’amour de Dieu qu’une aumône composée de pain, de vin et de fèves soit distribuée à ses sujets le jour de l’An.
Bien plus tard, le 31 décembre était marqué par la messe de fin d’année à l’issue de laquelle on échangeait joyeusement les premiers souhaits : « Bonne Année » disaient les uns, « Bonne fin » répondaient les autres, « une de plus, une de moins » reprenaient les plus anciens.
Le jour de l’an, il était de bon augure de rencontrer un bossu ou bien d’accueillir une personne de sexe masculin comme premier visiteur de la maison. Ce jour-là, les enfants allaient demander étrennes, cadeaux et friandises à leurs parrains, en disant : « l’an neuf est né ce matin, bonne année et bonne fin. D’autres répondent : « Bonne Année, bien remplie, bien accompagnée ». En on chantait cette comptine :
« Un an tout neuf, Plein comme un œuf, De beaux draps de soie, Une force de bœuf, De la viande dans les haricots, Et des sous… Quand il pleut. »
.
Le gui d’aubépine
Comme le gui, pendu à l’entrée de la maison est porteur de bons présages, l’aubépine, cette « épine blanche » est reconnue comme porte-bonheur depuis les temps les plus reculés. Cet arbrisseau aux belles fleurs blanches est dédié à la Sainte Vierge.
Déjà, les Romains attachaient les branches d’aubépine sur les berceaux des nouveaux-nés car, grâce à ses piquants, elles chassent les maladies et les mauvais sorts. L’épine blanche placée dans la maison écarte les humeurs du temps et éloigne la foudre du troupeau. C’est dans son bois très dur que se faisait le billot du bourreau !
Le gui collé sur le bois d’aubépine assure encore une meilleure protection. Dans la médecine populaire, il remédie aux coliques et aux états fébriles et serait efficace contre les cancers.
Les petites baies qui font le régal des oiseaux (merles et mésanges), une fois cuites donnent une colle fine et forte utilisée par les oiseleurs. Ainsi, les Mentonnais chassaient-ils autrefois les tarins à la glue à l’aide de petites brindilles enduites de colle et appelées gluau. Cette pratique est à l’origine d’une expression locale pour railler les nigauds et les niais ! « Celui-là veut attraper les cigognes à la glue » !
Jean-Louis Caserio
.
TRADICIOÙ DOU JORN DE R’ANN
Ent’ou sécoulou quinzième, ou signoù de Mentan Cathalan ourdina pèr r’amoù de Dìou qu’una lemòsina de pan, de ven e de fave siegue dounacha à u Mentounasque pèr ou Jorn de r’ann.
Pu tardi, ou 31 de dijhembre, pèr a messa de fen de r’ann, se dounavan u auguri : « Ban prenchìpiou pèr r’an que ven. Ban Prenchìpiou e Bouana fen » ; « Una de mai, una de menou » repilhavan u pu vielhe.
Ou primou de r’ann, era de ban augurou de scountrà un gibous e de fa dintra un ome pèr primou en casa-soua. U enfante anavan à vé u se pairen pèr cercà e strene, regalu e lecounarìe en cantent : « R’anne nòu è naishù sta maten, Ban Prenchìpiou e Bouana fen. ». D’autre respouandan : « Bouan’annàia, ben grannàia e ben acoumpagnàia ; Bouana annàia, piene manàie ! » En cantent aquela countina :
« Un ann toute nòu, Pien couma un òu, De séa ou lençoùe, A fouarça d’un bòu, De carn ent’u faijhoùe, E de sòu… Quoura piòu. »
.
Ou visc d’erbouspen
Couma ou visc pendù sus’a r’intrada da casa es un ban pouarta-fourtuna, r’erbouspen, aquela spina bianca, recampa a felichità despuhi u tempe antigue, e assegura tamben prousperità e fertilità n’u spousi. Aquel’erbouret douna de belle fioù bianque e ese pèr acò qu’ese stach counsacrà n’a Santa Vèrgine.
Dejà, u rouman stacavan e branque d’erbouspen sus’ou bress de r’enfantan, perqué dame e soue spine scachava e marautìe e tamben e mascarìe. R’erbouspen piaçà ent’a casa, scarta ou marrì umoù dou chelou e aluegna ou fùrmine dou strop. Es ent’ou bouasc pran dù de r’erbouspen que se fasìa ou cepan dou bòia !
Ou visc qu’è pegà s’ou bouasc d’erbouspen douna una proutecian encara pu fouarta. N’a medicacian poupulari, aquelou visc, pianta parasitou, es’un rumédi pèr ou mà de pansa e sierve pèr fa baishà a febra e serìa pran pu ban couentra ou chancre.
Ou visc ese spantegà da u merlou, e sperlussoure e barvesen que san mate d’aquela frucha. E grane de visc cueche dounan una cola fina e pegousa que sierve ent’u aucelante pèr chapa u aucelete. Aishì, u cachahoù anavan viscà u lùgari dame de viscàie, pichoune branquete ounche e fretàie de visc pèr pilhà u aculée. Aquela cacha, sounàia da u Mentounasque : viscà à r’erbouret, n’è pu poussìbile ancuhi.
Car encara di que d’un temp, pèr fa de squerne ent’e quarqu’un e coulhouna-rou, se desìa « aquelou va viscà e cigogne » !
Jean-Louis Caserio, Félibre Majoral
.
Bouan’annàia, ben grannàia e ben acoumpagnàia, pèr tout’ aquelu que liejan « ou cantan dou mentounasc ».
Que r’an que ven vou pouarta paz, prousperità e sanità ; e se noun serema de mài, que noun sieguema pa de menou.

Bonne année, bien riche et bien accompagnée, à tous les lecteurs du « coin du mentounasc ».
Que l’an qui vient, vous apporte paix, prospérité et santé ; et si nous ne serons pas plus nombreux, que nous ne soyons pas moins.


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 21 / 268308

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le « Coin du Mentounasc » de Nice-Matin en 2021  Suivre la vie du site N°506 - Le « Coin du Mentounasc » du 02 janvier (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4