Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

La légende de la femme au coq (A legenda da Framargal)

Une légende brigasque recueillie et adaptée par la Majorale Paulette Cherici-Porello, revirada par J-L Caserio
samedi 22 mai 2021

Une légende brigasque...
LA LÉGENDE DE LA FEMME AU COQ
.
En ce temps-là, les bergers de La Brigue et ceux de Roccaforte se battaient toujours pour avoir les pâturages les plus grands et les plus beaux. Un beau jour, ils décidèrent de changer de comportement et imaginèrent une nouvelle manière de faire qui était pleine de bon sens. Ecoutez plutôt.
Deux compagnons devaient partir de bon matin, aussitôt après le chant du coq, deux partaient de La Brigue, deux de Roccaforte, la limite des pâturages serait au point de rencontre des deux équipes. La course devait être contrôlé par un Brigasque pour ceux de Roccaforte, et par un Roccafortin pour ceux de La Brigue. La fraude était ainsi impossible. Et cependant…
Une petite vieille de La Brigue, pleine de ruse et de courage, au milieu de la nuit, prit sa lanterne, l’ alluma, prii son broc, le remplit d’eau froide. Prudemment, au clair de lune, elle s’avança vers le poulailler, vivement elle versa l’eau froide sur le coq et leva la lanterne devant le fenestron. Notre pauvre coq, tout trempé, voyant cette vive lumière, se mit à chanter : une fois, deux fois, trois fois. Les deux pâtres brigasques et le Roccafortin se mirent immédiatement en route.
Pendant ce temps, les coqs de Roccaforte dormaient du sommeil des coqs honnêtes, et, quand le beau soleil de Dieu commença à poindre, ils chantèrent : Une fois, deux fois, trois fois. Les deux bergers de Roccaforte et le Brigasque se mirent en route.
Mais les pâtres brigasques et leur compagnon marchaient déjà depuis deux heures par montagnes et vallées. Lorsqu’ils rencontrèrent les Roccafortins, les limites des pâtures furent acceptées. A dater de ce beau jour il n’y eut plus de disputes, ni de coups de bâton entre les bergers des deux villages.
L’histoire ne nous dit pas comment Saint Pierre a accueilli la rusée petite vieille à son arrivée dans l’Au-delà !
Légende brigasque recueillie et adaptée par la Majorale Paulette Cherici-Porello (Antebrün-Crépuscule, EGC, 2012 ; L’armana di Felibre, 1992).
.
A LEGENDA DA FRAMARGAL
.
N’aquelou temp, u pastre da Briga e aquelu de Roccaforte se rusavan sempre pèr avé e pasture e pu granne e tamben e pu béle. Un bélou jorn aquestu an dechidà de cambià de coumpourtament e an trovà una maniera nova de fà, piena de ban sensou. Stasé à scoutà un poc. Ou patou previstava que :
Dou coumpà devìan partì de ban maten, sùbitou pèr ou primou cant dou gal, dou pastre da Briga e dou da Roccaforte, da e lìmite de pasture fint’ au pounch de rescountra de doue squadre. A coursa devìa esse countroulàia da un Brigasc à Roccaforte e da un Roucafourtin à Briga. R’engann noun era poussìbile ; au menou, toute ou crehìan. E puhi…
Una pichouna vielheta da Briga, piena de courage e de furbarìa, au mitan da nuech, coura tout ou païs era endurmentà, a pilhà a soua lanterna, ra acendùa, a pilhà a soua doulha, ra iempìa d’aiga e, da piatan, a ou quià da luna, s’es avesinàia dou galenìe, e d’un gest lest, a vulhà r’aiga sus’ou gal e a issà a lanterna davant ou fenestran. Ou paure gal, tout bagnà, vehent aquelou lume, s’è sùbitou metù à cantà : una vota, doue vote, tre vote… Aloura, u dou pastre brigasque e ou Roucafourtin se san metù en camen pèr mesurà e pasture.
Ent’aquelou fra temp, u gale de Roccaforte durmìan d’un soann du gale auneste e, coura ou sourelh de Dìou a spountà, se san metù à cantà… Una vota, doue vote, tre vote… U dou pastre de Roccaforte e ou Brigasc, se san metù en camen pèr mesurà e pasture.
Mà u pastre brigasque caminavan dejà despù doue oure pèr coale e pèr valiere. Coura an scountrà u Roucafourtin, e lìmite de pasture san stache fache e achetàie e, d’aquelou beatou jorn, noun se san pu tacà lite e menga pu de bastounàie entra u pastre du dou païse.
A stòria noun di ren de ço qu’a poushù di San Pietrou ent’a vielheta furba coura es arribàia da elou !
Legenda brigasca recampàia e adatàia da Majourala Paulette Cherici-Porello. Revirada en mentounasc da Jean-Louis Caserio (Felibre Majoral).


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 79 / 307397

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le « Coin du Mentounasc » de Nice-Matin en 2021  Suivre la vie du site N°521 - Le « Coin du Mentounasc » du 22 mai 2021   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4