Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

Henri CERNUSCHI, voyageur et philantrope

D’après un texte de Gilles Montelatici, revirada de Claude Lévêque
mardi 14 septembre 2021

A l’occasion du bicentenaire de sa naissance
.
Henri CERNUSCHI (1821-1896)
Voyageur et philantrope
.
Les Cernuschi étaient trois frères et Menton devint pour eux, dans la dernière partie du XIXe siècle, une affaire de famille.
Attilio, ingénieur et banquier, installé à Londres, goûte, comme il se doit alors, à la douceur de la Côte d’Azur naissante. Il découvre Menton avant 1870. Tombé sous le charme, il se porte acquéreur de la villa du Vellon et de ses abords, sur la colline Serre de la Madone, un site occupé plus tard par le Centre de Vacances des mineurs “ Latournerie ”.
Constantin, né en 1825,également ingénieur, construit un peu partout des lignes de chemin de fer, en Espagne, entre Gênes et Vintimille, dans les Andes. Lorsque mourra Attilio à Menton, il poursuivra l’aménagement de la propriété de Serre de la Madone.
Henri Cernuschi, de son côté, docteur en droit, fervent républicain, prend part en 1848 à la Révolution Lombarde qui oppose les patriotes milanais aux autrichiens. Député à l’Assemblée de la République Romaine en 1849, il est “ embastillé ” au Castel Sant’Angelo, à la suite de l’intervention des troupes de Napoléon III qui assiégeaient la ville.
Henri Cernuschi reçoit finalement l’autorisation de s’installer à Paris. Sa compétence sur le plan économique lui vaut de gravir rapidement les échelons bancaires. Le petit employé modèle qu’il est d’abord se mue avec une facilité déconcertante en un financier fortuné. Toutefois, ses menées anti-impériales provoquent son expulsion en 1870. Qu’importe, Henri Cernuschi participe à la Commune en 1871 et assiste, ravi, à la fin du rêve napoléonien. Il obtient, cette fois ci, la nationalité française et s’accorde un peu de répit. La mode est aux antipodes et Henri Cernuschi entame un tour du monde édifiant qui durera deux ans, de 1871 à 1873, en compagnie de Théodore Duret, critique d’art, combattant de la Commune de Paris. Les deux amis visitent le Japon, la Chine, Java et l’Inde. C’est l’occasion pour Henri Cernuschi de rassembler de riches collections d’art extrême-oriental.
En 1895, Henri Cernuschi achète une villa à Menton. Il a, plus probablement, séjourné à cette époque villa Vellon, chez son frère Attilio, mort en 1894. En 1896, il lègue ses trésors, environ 5000 pièces, à la Ville de Paris en même temps que son Hôtel du Parc Monceau. Le “ Musée Cernuschi ”, musée municipal d’art extrême-oriental y trouve alors tout naturellement sa place.
Nous célébrons cette année la mémoire d’un homme de conviction, de talent et de goût : Henri Cernuschi, mort dans notre ville, le 11 mai 1896. Ses cendres sont déposées au Cimetière du Père Lachaise à Paris. Henri Cernuschi laisse de nombreux articles économiques publiés par “ Le Siècle ” et des ouvrages sur les problèmes monétaires de son temps. Une rue de Menton porte désormais son nom. Constantin, le dernier survivant, disparaîtra à son tour, en 1905, gratifiant les oeuvres sociales de la ville d’une somme de dix mille francs.
D’après un texte de Gilles Montelatici (PM 78)
.
Revirada : Henri CERNUSCHI
.
U Cernuschi éran tre fraire e Mentan è devengù pèr elu, ent’a partìa darrìa dou sècoulou des-e-nòu, una fachenda de familha.
Attilio, engegnìe e banquìe, enstalà à Londres, aprecia, couma se déu aloura, a douçoù da Coustiéra d’Azur naishenta. Descuerbe Mentan avanch 1870. Encantà, cata ra vilà dou Vellon e u se abordou, sus’a couala dou Serre da Madona, un lueg oucupà pu tardi dou Centrou de Vacance de minahoù « Latournerie ».
Constantin, naishù en 1825, tamben engegnìe, bastishe un pauc dapertout de camì de ferre, en Spagna, tra Gènova e Ventimiglia, ent’u Ande. Quoura Attilio mourerà à Mentan, elou perseguiterà r’amenajament dou prédi dou Serre da Madona.
Henri Cernuschi, d’ou sen coustà, jurista, republican fervent, partichipa en 1848 à ra Revoulucian Lombarda que oupoune ru patriote milanese à ru austrian. Deputatou à r’Assemblea da Repùblica Roumana en 1849, es emprijhounà à ou Castel Sant’Angelo, apress r’entervencian de stroupe de Napoleon Ters que assediàvan a cità.
Henri Cernuschi recheve finalament r’autorisacian de se enstalà à Paris. A soua coumpetença sus’ou pian ecounoùmicou ri vare de rampeà rapidament u scarin da banca. Ou pichan empiegà moudélou qu’elou es se mua dame una fachilità destrahinenta en un financìe ric. Cernuschi partichipa à ra Coumuna en 1871 e assista, encantà, à ra fen dou souann de Napoleon. Óutenishe, aquesta vota, a naciounalità francèsa e s’acourda un pauc de respirou. A moda es à ru antipode e Henri Cernuschi coumença un girou dou moundou edificant que durerà dou anne, de setembre de 1871 à genarou de 1873, acoumpagnà de T. Duret, crìticou d’art, coumbatent da Coumuna de Paris. U dou amigue vijhitan ou Japan, a China, Java e r’India. Acò ese r’oucasian pèr Cernuschi de recampà de coulecioù rique d’art estremou ourientale.
En 1895, Henri Cernuschi acata una vilà à Mentan. A, mai proubablament, soujournà ent’aquela épouca vilà Vellon, da soun fraire Attilio, mouart en 1894. En 1896, lega u se tesorou, envirou cinq mila pece, à ra Vila de Paris en meme temp qu’ou sen Oustà dou Parc Monceau. Ou « Musé Cernuschi », musé munichipale d’art estremou orientale i trova aloura tout naturalament a soua piaça.
Aquest’ ann, nautre celebrema ra memòria d’un ome de counvician, de talan e de tassan : Henri Cernuschi, mouart ent’a nouaisha vila rou 11 de majou de 1896. E soue cenre san pausàie dintre ou Cementeri dou Paire Lachaise à Paris. Una carriera de Mentan pourta ouramai ou sen noum. Constantin, ou soubrevivent darrìe, despareisherà elou meme en 1905, gratificent e obre souciale da cità d’una souma de diejh mila franque.
Reviradà Claude Lévêque


Portfolio