Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

Légendes et histoires de la Grande Boucle - U galeroti dou « Tour de France »

Texte en français de Patrick Didier et revirada en Mentounasc de Mauri Osicki-Ampolini
mardi 19 octobre 2021 par Mauri OSICKI - AMPOLINI, Patrick DIDIER

Légendes et histoires de la Grande Boucle
.
LES GALÉRIENS DU TOUR DE FRANCE
.
Les Tours de France d’antan ont bâti la légende et l’Histoire de la Grande Boucle. Notre bonne ville y fut associée de 1906 à 1952, à travers la Boucle de Sospel instaurée par Henri Desgrange, et de 1988 à 1994 grâce à son directeur général, notre mentounasc, si regretté et aimé Jean-Pierre Carenso.
Des clous dispersés au sommet du Braus à la victoire historique de Vietto en 34 ou au passage de témoin dans le Castillon entre Bartali et Coppi en 52, de nombreuses anecdotes parsèment chaque virage des routes escarpées de notre arrière-pays.
En 1911, étape Nice-Marseille : 334 km par Menton, le Castillon, Sospel, le Braus et l’Esterel. Départ à 3h du matin Place Masséna. Arrivée à Marseille à 14h. Un menu du jour indigeste à ne pas mettre un coureur contemporain en selle sous peine de manifestation ou de grève générale !
Ernest Paul, dossard 14, illustre… inconnu, est le demi-frère de François Faber, vainqueur du Tour en 1909. Pointant à Menton parmi les premiers, il casse sa jante au sommet du Castillon, effectue un cross-country de 5 km (30 minutes) vélo sur l’épaule et roue à la main jusqu’à Sospel, répare (45 minutes) et repart. Dans l’ascension de l’Estérel, bis repetita : sa jante cède à nouveau. Nouvelle réparation d’infortune et même punition : 45 minutes. Malgré ces nombreux avatars, il termine 17ème de l’étape sur 40 arrivants, après deux heures de galère cauchemardesque.
Quant à l’individuel Lafourcade il subit trois crevaisons avant le passage à Menton, casse sa jante à Monti et court 15 km à pied pour rejoindre Sospel !!!
Et notre mentonnais « Empereur Auguste » Encrine, « Tour de France » 29-30, traversant sa ville coiffé d’un chapeau de paille sous les acclamations dignes de la réception d’un empereur romain ! (Nice-Matin 6 juillet 2019). La folle légende cycliste affirme même qu’un trophée fut érigé en son honneur du côté de La Turbie !!!
Le Tour de France qu’il soit cycliste, automobile ou à la voile est venu, a vu et n’est jamais revenu croisant depuis longtemps au large. A croire qu’avec le temps va, tout s’en va…
Et de rêver à nouveau d’entendre, l’oreille blottie contre le transistor : « ici, en direct de la route du Tour, au passage à Menton… ».
Et assister, enfin, à une victoire française !
Patrick Didier
.
U GALEROTI DOU « TOUR DE FRANCE »
.
U « Tours de France » d’una vota an fach a legenda e ra stòria da « Grande Boucle ». A nouaisha vila cara i ese stacha aliàia da 1906 fint’ en 1952, pèr a broùcoula de Souspé, enstauràia da Henri Desgrange, e tamben da 1988 à 1994 dame ou sen diretoù generale, ou mentounasc Jean-Pierre Carenso, tant regretà e aprecià.
Pran de paragoù spantegan cada virou du camì baussouse dou nouaish païs aut :
De chodi spantegà sus’ou camen s’a cima dou Braus en 1934 pèr a vitòria fantàstica de Vietto e en 1952, à Castilhan, coura Bartali se fà devançà da Coppi.
En 1911, a tapa Niça-Marselha passa pèr Mentan, Castilhan, Souspé, ou coual dou Braus e r’Esterel. A partença se fa à 3 oure dou maten sus’a piaça Massena e r’arribada à r’entorn de 2 oure de r’apress-diernà, dame un past que nushen ancuhi vourerìa !
Ernest Paul, scounoushù mà frairastre de François Faber vinchitoù dou girou en 1909, arriba à Mentan tra u primi, roumpe ra soua genta au coual de Castilhan, fa 5 km dam’ou sen velò s’a spala fint’a Souspé pèr reparà-rou, perde aishì 75 minute, mà n’ese pa tout, pu luegn ente r’Esterel, torna, a roda se roumpe encara, 45 minute perse, mà margrà tout’aquele nòhie finishe desesetieme susa 40, dame doue oure de galera !
Pèr François Lafourcade, avanch d’arribà à Mentan, chopa 3 vote, roumpe ra roda à ru Mounti e s’en va à Souspé camalent ou sen velò s’a spala !
Noun car pa desmentegà Auguste Encrine, que ha fach ou « Tour de France » en 1929 e 1930, a traversà ou sen Mentan dame un capé de palha sus’a testa, aclamà da tout ou moundou.
Ou « Tour de France », que siegue ciclista, dame vature o sus’a marina noun se véhe pu à Mentan despù pran de temp, daumage !
Forshi, un jorn se pourerà sentì à ra televisian « Aquì Mentan, u cicliste arriban ent’aquela bella cità dou liman… »
E qù sa, una vitòria magarra francesa ?
Mauri Osicki-Ampolini


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 22 / 314990

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le « Coin du Mentounasc » de Nice-Matin en 2021  Suivre la vie du site N°531 - Le « Coin du Mentounasc » du 16 octobre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2