Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

Calendal au village de Sainte-Agnès : Le chant nocturne par Marthe Dozon

Ou Cant nuechenc, revirada par Solange Mongondry-Barberis
lundi 27 décembre 2021

Conte de Noël
CALENDAL AU VILLAGE DE SAINTE-AGNÈS
.
LE CHANT NOCTURNE
Sur les crêtes du Baudon un souffle est passé sur les buissons et les broussailles mortes. Dans sa couche de foin Zacharie se soulève. Quelle est cette rafale qui ébranle les tuiles ? En ces heures de nuit la terre reposait sans un soupir au bord des solitudes sidérales. Zacharie est debout, il allume le calen dans la niche du mur. La flamme pousse comme une graine de soleil et sa lueur éclaire le visage du vieux, des toisons de brebis et un jeune pâtre qui se frotte les yeux.
Ce grand souffle qui claironne à travers la montagne, bien avant l’aurore, dissipe le sommeil. Emmitouflés dans leurs cabans de bure, de ces hauteurs les bergers interrogent le ciel. Du grégal, de l’aquilon, du mistral et du soubran, du labech et du levant s’enflent les clameurs et avec elles, de colline en colline, volent les éclats d’un chant dont résonnent les bois et les garrigues. La rose des vents, bruissante de mille musiques, tourne avec des ailes de lumière.
Soudain la nuit se tait. Les brebis lèvent leurs têtes naïves, le chien dresse ses oreilles, le jeune pâtre tend les mains vers le ciel. Un astre est apparu, éblouissant les campagnes. Alors un son léger, tel un murmure lointain de source, traverse le silence. Un air tendre et plaintif, un vagissement d’agneau qui tremble et s’infléchit, modulé par les courants de l’espace.
Au fond de leur mémoire, les hommes retrouvent les versets des prophètes, l’antique promesse de l’Amour. Ceux qui veillaient, attentifs aux voix nocturnes, et ceux que le repos baignait d’espoir, tous sont sortis avec les troupeaux. Ils embrasent des fascines de genêts dont les reflets dansent autour des granges. La belle comète illumine les pentes d’herbe et dore les arbres des vallons. Des clarines tintent. C’est Barnabé là-bas sous Pierre Pointue, et au col des Banquettes Sébastien, et sur le chemin des citernes voilà Saturnin, en marche vers le village où le Sauveur a jeté son premier cri.
Marthe Dozon Poétesse mentonnaise
.
OU CANT NUECHENC
Sus e serre dou Baudon, e sus’ u baragnasse moarte, un soùfie ese passà. Ent’ ou sen liech de fen, Zacarì se issa. Qua es aquesta ràfega que branda u coupe ? Ent’aqueste oure da nuech, ra terra repausava sensa un souspirou en riba de soulitudine siderale. Zacarì ese drech, acende ou caregn ent’a nicha da muralha. Ra fiama creishe couma una grana de sourelh e sa quiaroù beluga ou mourre dou vielh, re tousoù de pègoure e un jouhe pastre que se freta u uelhe.
Aquestou soùfie grann que brama en miej da mountagna, pran avanch ou levà dou jorn, devaga ou soann. Enfroupà ent’ u se caban de bourrass , d’aqueste autesse u pastre enterrougan ou chelou. Dou Gregali , da tramountana, dou mistràu, dou lebech e dou levant s’enfian re bramade e, dam’ele, de coulina en coulina, voran re remourine d’una cansan que fan ressounà u boasque e u gerbe. Ra résoura du vente, dame ou mourmoùirou counfus de tante mùsique, gira dame de are de lume.
Tout en un còu, ra nueche se tàijha. Re pégoure aussan re soue teste sèmpliche, ou can drissa re soue aurelhe, ou jouhe pastre spoarja re soue mà vers ou chelou. Un astre ese pareishù, embarluguent u predi. Aloura un remoù lenjìe, tale un mourmoùirou de sourça da luegn straversa ou silènciou. Un remoù tenre e plagnous, un vagissament d’agné que tremoara e s’apishounishe, pounderà per u courrente dou relarg.
Ent’ ou found da soua memòria, u ome retrovan re paraule du proufete, r’antiga proumessa de r’Amoù. Aquelu que velhavan, atenti ente vouse nuechenque, e aquelu que repausavan dame pran de sperança, san toute anache de foara dam’u strope. Embrasan de faishine de ginestre qu’u soue reverbi balan au virou de feniere. Ra bela coumeta ilumina re pèndite d’erba e endaura u erbou du valoù. De campanete dindìnian. Ailà, souta ra Peira Pounchùa, i ese Barnabé, e s’a Coala de Banquete, Bastian e sus’ ou Camen de Pesquiere vequì Saturnin, que camina vers ou païsoat douna ou Sarvatoù ha jetà ou sen primou ralh.
Revirada da Solange Mongondry-Barberis


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 67 / 356375

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc dans Nice-Matin avant 2022  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2021  Suivre la vie du site N°539 - Le « Coin du Mentounasc » du 25 décembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2