Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

La course de côte Menton-Castellar, en 1926

par G. Prauly et J-C Volpi, revirada de S. Mongondry Barberis
dimanche 4 décembre 2022

A motocyclette, en 1926…
LA COURSE DE CÔTE « MENTON-CASTELLAR »
.
Il faut être des fanatiques ou des fous de motocyclette pour rouler à si vive allure sur de mauvaises routes en ces années 1925-26.
Pour cette course, il s’agit d’un départ individuel chronométré et non d’une course groupée. On dirait aujourd’hui, un contre-la-montre. Une catégorie « side-car » est même au programme. C’est une discipline mal connue et mal maîtrisée en circuit montagneux où le passager (communément appelé « le singe » en compétition) cramponné dans le side (le « panier » pourvu d’une 3eme roue), joue le rôle de balancier. Le side-car a connu un certain succès entre les deux guerres pour les jeunes couples qui ne peuvent s’acheter une voiture ou qui n’ont pas le permis auto. Le président du Moto-Club de Menton (Weston Webb de la Tour du Baousset) souhaite renouveler l’édition de la « Course de Castellar » gagnée en avril 1925 par M. Verdi, dynamique président du Moto-Club de Nice qui a mis 7’ 10« entre »l’abreuvoir", le point de départ situé route de Castellar (intersection du boulevard de Garavan avec la promenade du Val de Menton) et l’abreuvoir de la place du village.
C’est donc le 18 avril 1926 que l’Auto-moto Club mentonnais organise cette seconde « course de Côte Menton-Castellar » en ajoutant une catégorie auto Torpédo. Néanmoins, l’épreuve n’est toujours pas ouverte aux femmes. La foule des grands jours ?... Pas vraiment ! La zone de départ n’est pas très étendue. En aval de la barrière-clôture en bois, il y a tout juste la place pour les équipes (on ne parle pas encore d’écuries) où les bolides et les mécanos sont agglutinés le long de la route.
Chaque départ du concurrent qui va défier le chronomètre, apporte son lot de fumée, chargée d’odeur d’huile de ricin brûlée. Dans ces instants, les décibels se répercutent contre le grès du Plateau Saint-Michel jusque dans le fond du vallon du Fossan. Pour voir ces bolides mécaniques, rugissants et pétaradants de part et d’autre du parcours, il vaut mieux être en sécurité sous les oliviers ou en hauteur par rapport au bord de la route. La partie la plus sinueuse se situe autour du domaine du Sourgio près de laquelle prend naissance le torrent Fossan. Le résultat de cette 2ème édition n’est pas parvenu jusqu’à nous. Et l’on ne sait pas s’il y a eu d’autres éditions.
Gilbert Prauly, J-C Volpi
Archives et photos de la famille Prauly
.
RA COURSA MENTAN-CASTELÀ
Per aquela specialità, se parla d’una partença endividuale crounoumetràia e pa d’una coursa mourounàia. Una categourìa « side-car » ese prougramàia. Ese una disciplina mar counoushùa e mar mestrejàia en virou mountagnous enta quale rou passagé (coumunament sounà ou singe per ra coumpetician) rampinà ent ou « side » (ou cavagn dame una tersa roda), juega ou rolou de barancìe. Ou side-car ha counoushù un suchess segù entra re doue guerre per u jouhe de coùbia que noun pourìan catà-se una vatura o que noun avìan ou permess-vatura. Ou president dou Moto-Club de Mentan (Weston Webb da Tourre dou Baousset) ha envéa de renouvelà r’edician da Coursa de Castelà gagnàia au mese d’abrì 1925 per M. Verdi, presidente dinàmicou dou Moto-Club de Niça que ha metù 7’ 10’’entra ou bevahoù, pounch de partença situà Camen de Castelà e ou bevahoù da piaça dou Païsoat de Castelà.
Ese dounca ou 18 d’abrì 1926 que r’Auto-moto Club mentounasc ourganisa aquela secounda coursa de Coasta Mentan-Castelà en ajougnent una categourìa auto Torpedo. Magarra, ra prova n’ese sempre pa duberta per re freme. Ra foula du jorne granne ?… pa verament ! Ra zona de partença n’ese gaire granna. Au soutran da barricada de boasc i ese soulament ra piaça per re squipe douna ru vehìculi pran ràpidi e ru mecànique san amourounàie au loung dou camen.
Quada partença dou councurrent que stà per sfidà ou crounoumetre, poarta ra soua parte de fumada, carregà d’audoù d’ueri de ricinou brujhà. Ent aquelu moumente, ou bourdelou pran gross se repercuta arrent ou safre da pianura San-Miqué fint ent ou found dou valan dou Foussan. Per vé aquelu vehìcule de coursa pran ràpide, bramente e eteente de part e d’autre dou percours, ese pericoulous per ou pùblicou. Ese mielhe d’esse en seguretà souta u aurevìe o pù aut qu’a riba dou camen. Ra partìa ra mài sinuousa se situa à r’envirou dou poussessou dou Sourgio douna ou valan dou Foussan naishe. Ou quiassament d’aquesta secounda edician noun ese arribà fint à nautre. E noun sabema s’i san stache d’autre edicioù.
Revirada Solange Mongondry Barbéris


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 20 / 397233

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc dans Nice-Matin avant 2023  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2022  Suivre la vie du site N°571 - Le « Coin du Mentounasc » du 03 décembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 6